Blogosphère

Cette rubrique regroupe les sources qui nous viennent de la blogosphère, où de nombreux historien(ne)s professionnel(le)s ou amateur(e)s s’activent à faire connaître l’histoire du Québec.

  • Les éditions Atys (2e partie)

    , par Jean-Louis Lessard

    Les éditions Atys (1957-1971) ont été fondées à Roberval par Gilbert Langevin. C’est d’ailleurs dans cette ville que le premier recueil de la maison est imprimé : Nouveautés poétiques (Pour en savoir plus). Langevin aurait choisi le nom par admiration pour un recueil de François Mauriac : Le sang (...)

    Lire la suite...

  • Les éditions Atys (1ère partie)

    , par Jean-Louis Lessard

    « Mes premiers poèmes je les ai publiés dans L'Étoile du Lac, le journal de Roberval. C'est là également que j'ai fondé Éditions Atys. Le premier volume des Éditions Atys a été imprimé chez les « Imprimeurs de Roberval ». Il y avait quelques poèmes de moi, quelques poèmes d'amis et une étude (...)

    Lire la suite...

  • Les Mongols : les derniers des barbares ?

    , par Histoire Engagee

    Jérémy Le Blanc-Gauthier, Doctorant à l’Institut d’études religieuses de l’Université de Montréal En ces temps où tous et toutes semblent consciencieux tant de leur image que de la représentation de l’altérité – tous et toutes sont soucieux de ne pas réduire l’Autre à des stéréotypes ou des clichés – est-il (...)

    Lire la suite...

  • Souvenirs pour demain

    , par Jean-Louis Lessard

    Paul Toupin, Souvenirs pour demain, Montréal, CLF, 1960, 100 pages. Ce livre a remporté deux prix prestigieux : le GG du meilleur livre de non-fiction et le prix de la meilleure publication étrangère de langue française décernée par l’Académie française. Paul Toupin (1918-1993) est un auteur bien oublié (...)

    Lire la suite...

  • Né en trompette

    , par Jean-Louis Lessard

    Serge Deyglun, Né en trompette, Montréal, Éditions de Malte, 1950, 62 pages (Couverture : Normand Hudon ; préface : Éloi de Grandmont).On a dit, dans les journaux de l’époque, qu’il fallait voir plus qu’un calembour dans le titre : la trompette de Deyglun est celle des musiciens de jazz, plus (...)

    Lire la suite...

  • Les boucliers mégalomanes

    , par Jean-Louis Lessard

    Les boucliers mégalomanes, écrits entre le 22 août 1965 et le 7 mai 1967, sont parus dans Oeuvres créatrices complètes de Gauvreau (Montréal, Parti-pris, coll. du Chien d'or, 1977, pages 1225 à 1261). La suite comprend 85 poèmes. Je ne présente que les dix premiers.1 Fazanarafaguila de la (...)

    Lire la suite...

  • DANS LE DOMAINE PUBLIC AUJOURD’HUI

    , par Jean-Louis Lessard

    Au Canada, les œuvres accèdent au
    domaine public cinquante ans après le décès de l’auteur.trice. L’ACEUM va
    modifier cette règle : la période doit être prolongée de 20 ans pour faire
    plaisir aux Américains, mais rien n’a encore été voté au parlement. Une
    proposition, exigeant des « ayant droit » qu’ils (...)

    Lire la suite...

  • Bilan de l’année = 132,000 pages vues

    , par Jean-Louis Lessard

    Google fournit des statistiques sur le blogue. Chaque année, je suis un peu surpris de constater la fréquentation du site. Il faut dire que j’ai présenté plus de 800 livres et que certains sont étudiés dans le réseau scolaire, ce que les statistiques démontrent clairement. Cependant, de réaliser que (...)

    Lire la suite...

  • CHANT DE NOËL

    , par Jean-Louis Lessard

    Les
    sapins de Noël méditent cette nuit.
    L’église
    au loin scintille, et de pieux cortèges
    Cheminent
    vers la crèche où l’image sourit.
    Le
    froid tombe du ciel, le ciel est plein de neige.
    Et des essaims de voix murmurent tendrement
    Des pardons. Les sapins, au bord de l’ombre fière,
    Tendent (...)

    Lire la suite...

  • CONTE DE NOËL

    , par Jean-Louis Lessard

    « 
    Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté. »
    Le pauvre homme est seul en son logis désert, et l’œil morne, il regarde
    aux carreaux des fenêtres, se battre les miettes de neige, comme des 'ailes de
    papillons en détresse. La nuit aussi sombre qu’un drap mortuaire est piquée de quelques (...)

    Lire la suite...