À Québec, un printemps norvégien

, par Jean Provencher

Les marins norvégiens ne sont pas des fêtards. Bien sages, ils n’ont pas la réputation de se comporter comme des voyous. Le printemps de 1885 à Québec est norvégien. La ville est bien calme. Un observateur constate : Comme presque tous les navires de la flotte du printemps sont des Norvégiens montés par des équipages de […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2018/06/0...