À l’eau l’Outaouais

, par Instantanés

L’Outaouais a connu de nombreuses inondations au cours de son histoire. Les documents d’archives en témoignent. En les examinant de plus près, on remarque qu’à la crue des eaux, s’ajoute un autre phénomène. À partir du milieu des années 1920, les barrages hydro-électriques apparaissent sur les rivières de la région.

 

 

Vue aérienne du barrage et de la centrale hydro-électrique Paugan près de Low, sur la rivière Gatineau. [193?]. BAnQ Gatineau (P74, D65). Photographe : Royal Canadian AirForce.

Vue aérienne du barrage et de la centrale hydro-électrique Paugan près de Low, sur la rivière Gatineau. [193 ?]. BAnQ Gatineau (P74, D65). Photographe : Royal Canadian AirForce

 

 

Bien qu’il s’agisse d’un important moteur économique, la construction d’un barrage, tel que celui de Paugan, dans la région de Low, peut causer quelques ennuis, particulièrement aux agriculteurs, comme en témoigne cette lettre adressée au député Aimé Guertin en 1930.

Lettre de Zéphirin Montreuil de Sainte-Famille d’Aumond à Aimé Guertin, 6 février 1930. BAnQ Gatineau (P8/9-16)

Lettre de Zéphirin Montreuil de Sainte-Famille d’Aumond à Aimé Guertin, 6 février 1930. BAnQ Gatineau (P8/9-16)

 

 

Les victimes ne pouvaient pas vraiment compter sur les programmes d’aide financière des différents paliers de gouvernement, fédéral, provincial et municipal. Ils ne pouvaient alors qu’espérer recevoir un dédommagement de la part de ceux qu’ils jugeaient responsables de la situation. Afin d’y parvenir, le gouvernement provincial avait le pouvoir de faire pression sur les compagnies d’électricité responsables de l’érection des barrages ou de passer des lois spéciales les obligeant ainsi à verser une aide financière aux plaignants.

 

 

Lettre du prêtre M. J. Gorman de Farrellton au député Aimé Guertin, 2 février 1930. BAnQ Gatineau (P8/9-16).

Lettre du prêtre M. J. Gorman de Farrellton au député Aimé Guertin, 2 février 1930. BAnQ Gatineau (P8/9-16)

 

 

Que la responsabilité revienne aux humains ou bien à Dame Nature, les caprices de nos lacs et rivières ne manquent pas de laisser des images qui témoignent de situations exceptionnelles vécues dans notre région. En voici quelques-unes qui ont marqué l’Outaouais.

 

 

Crue printanière dans le village de Pointe-Gatineau, 1947. BAnQ Québec (E57, S44, SS1, PD01-25). Photographe non identifié.

Crue printanière dans le village de Pointe-Gatineau, 1947. BAnQ Québec (E57, S44, SS1, PD01-25). Photographe non identifié

 

 

 

 

 

Inondation à Maniwaki, 1929. BAnQ Gatineau (P5, S4, D16, P16). Photographe non identifié.

Inondation à Maniwaki, 1929. BAnQ Gatineau (P5, S4, D16, P16). Photographe non identifié

 

 

 

 

 

 

Inondation chez M. Racicot à Gatineau, juillet 1968. BAnQ Gatineau (P174, S1, D50176). Photographe : Champlain Marcil

Inondation chez M. Racicot à Gatineau, juillet 1968. BAnQ Gatineau (P174, S1, D50176). Photographe : Champlain Marcil

 

 

 

Il ne nous reste plus qu’à espérer que ceux qui ont vu disparaître leur chez-soi sous l’eau en 2017 s’en rétablissent vite et que leurs souvenirs ne soient plus que des documents d’archives, conservés pour nous rappeler les épreuves du passé et non plus celles du présent.

 

 

Jacinthe Duval, archiviste-coordonnatrice – BAnQ Gatineau

 

Cet article À l’eau l’Outaouais est apparu en premier sur Instantanés.

Voir en ligne : http://blogues.banq.qc.ca/instantan...