Abolition de la peine de mort au Canada par un vote de la Chambre des communes

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

À cette occasion, tous les chefs de partis (Pierre Elliott Trudeau
, Robert Stanfield, Ed Broadbent)sont favorables à l’abolition de la peine de mort, sauf le Créditiste Réal Caouette
. Le noyau de la contestation provient à la fois des députés créditistes et des progressistes-conservateurs. Le vote des députés du Québec est également fort partagé sur cete question. Il n’y a pas eu de pendaison au Canada depuis 1962. Le 30 juin 1987, les députés se prononceront à nouveau sur cette question à la Chambre des communes. Ils repousseront le rétablissement de la peine de mort par 148 votes contre 127.À cette occasion, tous les chefs de partis (Pierre Elliott Trudeau
, Robert Stanfield, Ed Broadbent)sont favorables à l’abolition de la peine de mort, sauf le Créditiste Réal Caouette
. Le noyau de la contestation provient à la fois des députés créditistes et des progressistes-conservateurs. Le vote des députés du Québec est également fort partagé sur cete question. Il n’y a pas eu de pendaison au Canada depuis 1962. Le 30 juin 1987, les députés se prononceront à nouveau sur cette question à la Chambre des communes. Ils repousseront le rétablissement de la peine de mort par 148 votes contre 127. Source : La Presse, 23 juin 1976, p.1 et A6. L’Encyclopédie du Canada : édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.1835.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...