Accession de Jacques Parizeau à la présidence du Parti québécois

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Jacques Parizeau
avait quitté le gouvernement en 1984 pour protester contre la stratégie du « beau risque » adoptée par le chef René Lévesque
. L’annonce de son retour en politique survient une semaine après la démission du chef du PQ, Pierre Marc Johnson
, le 10 novembre 1987. Elle est à l’origine de tensions et de la démission de quelques députés restés fidèles à Johnson. Au cours des mois qui suivent, Parizeau entreprend une tournée du Québec au cours de laquelle il aborde cinq thèmes : la souveraineté, la langue, la social-démocratie, l’économie et les politiques familiales. Aucun autre candidat ne s’étant manifesté, il est officiellement désigné chef du PQ le 18 mars 1988. Invité par le premier ministre Robert Bourassa à se présenter sans opposition libérale dans la circonscription d’Anjou, celle laissée vacante par Pierre Marc Johnson
, Parizeau refuse, préférant se concentrer sur la reconstruction de son parti en prévision de la prochaine élection générale qui devrait survenir en 1989. Jacques Parizeau deviendra premier ministre du Québec en 1994.Jacques Parizeau
avait quitté le gouvernement en 1984 pour protester contre la stratégie du « beau risque » adoptée par le chef René Lévesque
. L’annonce de son retour en politique survient une semaine après la démission du chef du PQ, Pierre Marc Johnson
, le 10 novembre 1987. Elle est à l’origine de tensions et de la démission de quelques députés restés fidèles à Johnson. Au cours des mois qui suivent, Parizeau entreprend une tournée du Québec au cours de laquelle il aborde cinq thèmes : la souveraineté, la langue, la social-démocratie, l’économie et les politiques familiales. Aucun autre candidat ne s’étant manifesté, il est officiellement désigné chef du PQ le 18 mars 1988. Invité par le premier ministre Robert Bourassa à se présenter sans opposition libérale dans la circonscription d’Anjou, celle laissée vacante par Pierre Marc Johnson
, Parizeau refuse, préférant se concentrer sur la reconstruction de son parti en prévision de la prochaine élection générale qui devrait survenir en 1989. Jacques Parizeau deviendra premier ministre du Québec en 1994. Source : Le Devoir, 18 mars 1988, p.10, 19 mars 1988, p.1 et A12.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...