Achat de Vidéotron par le groupe Rogers

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

La Caisse de dépôt et de placement justifie son refus par son désir de voir les actifs de la compagnie demeurer aux mains de Québécois. Il en découle une bataille juridique qui oppose la famille Chagnon, principaux actionnaires de Vidéotron, et la Caisse de dépôt et de placement. Le 24 mars 2000, Quebecor et Capital Communications, filiale de la Caisse, feront une offre alternative au groupe Vidéotron. Le 23 octobre suivant, Quebecor deviendra officiellement propriétaire de Vidéotron.La Caisse de dépôt et de placement justifie son refus par son désir de voir les actifs de la compagnie demeurer aux mains de Québécois. Il en découle une bataille juridique qui oppose la famille Chagnon, principaux actionnaires de Vidéotron, et la Caisse de dépôt et de placement. Le 24 mars 2000, Quebecor et Capital Communications, filiale de la Caisse, feront une offre alternative au groupe Vidéotron. Le 23 octobre suivant, Quebecor deviendra officiellement propriétaire de Vidéotron. Source : La Presse, 18 février 2000, p.A1, 24 février 2000, p. B2. Le Devoir,18 février 2000, p. A6, 24 octobre 2000, p.A3. .

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...