Acquisition du Canadien de Montréal par des membres de la famille Molson

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Raymond, qui est âgé de 77 ans, demeure tout de même actionnaire. Les Molson font aussi confiance au directeur gérant Frank Selke pour continuer de mener les destinées de l’équipe. Ils se proposent d’ailleurs de conserver « la même politique et la même ligne de conduite » que l’ancienne direction. Lors de la conclusion de cette transaction, Hartland Molson aurait également fait une déclaration qui restera célèbre : « We don’t own the Canadiens, really. The public of Montreal, in fact the entire province of Quebec, owns the Canadiens. » (Nous ne possédons pas vraiment le Canadien qui, dans les faits, appartient plutôt à l’ensemble de la province de Québec.) Raymond, qui est âgé de 77 ans, demeure tout de même actionnaire. Les Molson font aussi confiance au directeur gérant Frank Selke pour continuer de mener les destinées de l’équipe. Ils se proposent d’ailleurs de conserver « la même politique et la même ligne de conduite » que l’ancienne direction. Lors de la conclusion de cette transaction, Hartland Molson aurait également fait une déclaration qui restera célèbre : « We don’t own the Canadiens, really. The public of Montreal, in fact the entire province of Quebec, owns the Canadiens. » (Nous ne possédons pas vraiment le Canadien qui, dans les faits, appartient plutôt à l’ensemble de la province de Québec.) Source : La Presse, 24 septembre 1957, p.28, 25 septembre 1957, p.44.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...