Adoption d’une loi spéciale obligeant les pharmaciens propriétaires à participer au régime d’assurance-médicaments

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

L’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP), insatisfaite des sommes prévues par le gouvernement pour les mécanismes d’application du programme d’assurance-médicaments, avait manifesté le désir de boycotter celui-ci. La ministre Marois a toutefois réagi à cette menace en déclarant : « Ce que nous offrons aux pharmaciens propriétaires, ce n’est ni plus ni moins que ce que nous avons consenti à l’ensemble de nos employés syndiqués », et en faisant adopter le Loi 186. Si l’AQPP avait mené son moyen de pression à terme, les citoyens auraient été forcés de payer eux-mêmes les médicaments et d’attendre le remboursement du gouvernement. L’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP), insatisfaite des sommes prévues par le gouvernement pour les mécanismes d’application du programme d’assurance-médicaments, avait manifesté le désir de boycotter celui-ci. La ministre Marois a toutefois réagi à cette menace en déclarant : « Ce que nous offrons aux pharmaciens propriétaires, ce n’est ni plus ni moins que ce que nous avons consenti à l’ensemble de nos employés syndiqués », et en faisant adopter le Loi 186. Si l’AQPP avait mené son moyen de pression à terme, les citoyens auraient été forcés de payer eux-mêmes les médicaments et d’attendre le remboursement du gouvernement. Source : Le Devoir, 22 février 2001, p.A1, A8, 23 février 2001, p.A3.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...