Adoption du drapeau canadien par la Chambre des communes

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le gouvernement libéral de Lester B. Pearson
est à l’origine de cette mesure qui est adoptée par un vote de 163 contre 78. Sur les 78 opposants à l’unifolié, 73 sont des Progressistes-conservateurs. Il faut une motion de clôture de la part des Libéraux pour mettre fin au long débat qui a précédé ce vote (du 15 juin au 15 décembre 1964). Le coeur du litige était la place à accorder au Union Jack sur le nouveau drapeau, une question chargée d’émotion qui divise les Libéraux, majoritairement favorables à l’unifolié, aux Progressistes-conservateurs, qui veulent qu’une place soit faite à ce symbole britannique sur le nouveau drapeau. Ce sera maintenant au tour du Sénat de se prononcer sur cette loi qui a soulevé les passions des Canadiens pendant plusieurs mois. L’approbation des sénateurs acquise le 17 décembre, la proclamation surviendra le 28 janvier 1965 et le drapeau canadien sera finalement déployé officiellement deux semaines plus tard, le 15 février.Le gouvernement libéral de Lester B. Pearson
est à l’origine de cette mesure qui est adoptée par un vote de 163 contre 78. Sur les 78 opposants à l’unifolié, 73 sont des Progressistes-conservateurs. Il faut une motion de clôture de la part des Libéraux pour mettre fin au long débat qui a précédé ce vote (du 15 juin au 15 décembre 1964). Le coeur du litige était la place à accorder au Union Jack sur le nouveau drapeau, une question chargée d’émotion qui divise les Libéraux, majoritairement favorables à l’unifolié, aux Progressistes-conservateurs, qui veulent qu’une place soit faite à ce symbole britannique sur le nouveau drapeau. Ce sera maintenant au tour du Sénat de se prononcer sur cette loi qui a soulevé les passions des Canadiens pendant plusieurs mois. L’approbation des sénateurs acquise le 17 décembre, la proclamation surviendra le 28 janvier 1965 et le drapeau canadien sera finalement déployé officiellement deux semaines plus tard, le 15 février. Source : Le Devoir, 15 décembre 1964, p.1 et 14. L’Encyclopédie du Canada : édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.749-750.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...