Adoption par l’Assemblée nationale du projet de loi 65

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Cette loi est adoptée à l’uninamité. Il y a tout de même des bémols, comme celui qu’exprime le docteur Camille Laurin, porte-parole du Parti québécois dans le domaine de la santé, qui déplore « qu’au lieu d’accentuer la décentralisation administrative des services de santé et des services sociaux, le gouvernement recule d’un pas en ne créant que de simples conseils régionaux des affaires sociales. »Cette loi est adoptée à l’uninamité. Il y a tout de même des bémols, comme celui qu’exprime le docteur Camille Laurin, porte-parole du Parti québécois dans le domaine de la santé, qui déplore « qu’au lieu d’accentuer la décentralisation administrative des services de santé et des services sociaux, le gouvernement recule d’un pas en ne créant que de simples conseils régionaux des affaires sociales. » Source : Le Devoir, 16 décembre 1971, p.1,2.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...