Alice et les fractions

, par noreply@blogger.com (Le Flâneur)

En complétant l'arbre généalogique de mes enfants et de mes petits-enfants, je tiens une comptabilité de l'apport de différents groupes ethniques dans leur patrimoine génétique.

Dans un article daté du 18 octobre 2012 (Victor et les fractions), j'avais estimé que mon petit-fils Victor né en 2011 avait un total de 3,13 % de sang amérindien qui lui venait de deux sources : la compagne Nipissirienne de l'explorateur Jean Nicolet et une Huronne nommée Marie-Louise Sioui qui a épousé Philippe Panneton à Trois-Rivières en 1882.

Alice Tremblay née le 31 juillet 2013

Depuis cet article, Victor a eu une petite soeur prénommée Alice et mes recherches généalogiques ont progressé, ce qui m'amène à réviser ce calcul de l'apport des Amérindiens dans le patrimoine génétique de mes petits-enfants. Voici les trois changements qui sont survenus depuis la première estimation en octobre 2012 : 

Premièrement, en complétant un recoin de mon arbre qui était resté dans l'ombre jusqu'ici, j'ai découvert une autre souche amérindienne, celle de Marie-Olivier Sylvestre (Manitouabeouich), épouse de Martin Prévost. Ce fut, en 1644, le premier mariage entre un Blanc et une Amérindienne célébré en Nouvelle-France. Marie-Olivier apparaît à la quatorzième génération, ce qui lui donne un apport modeste mais non négligeable de 0,024 %. Je reviendrai plus tard sur cette Amérindienne que l'on a dit Huronne, mais qui était vraisemblablement de la famille Algonquienne.


Deuxièmement, je me suis rendu compte que Marie-Louise Sioui, une trisaïeule huronne du papa d'Alice et de Victor, avait des ancêtres blancs, ce qui réduit évidemment son apport amérindien dans le patrimoine génétique de mes petits-enfants. Selon mes estimations, l'épouse de Philippe Panneton, née en 1861 à la Jeune-Lorette, avait au plus 50 % de sang amérindien. Son apport est donc revu à la baisse de 3,12 % à 1,563 %.

Troisièmement, j'ai découvert que la compagne Nipissirienne de Jean Nicolet, dont on ignore malheureusement le nom, apparaissait non seulement dans mon ascendance, mais aussi parmi les ancêtres de ma conjointe, ce qui augmente très légèrement sont apport de 0,012 % à 0,018 %.

Au total, et selon l'état actuel des recherches, mes petits-enfants Alice et Victor Tremblay auraient donc 1,6 % ou 1/63e de sang amérindien. Les quatre lignées qui conduisent aux souches amérindiennes sont présentées dans le schéma suivant.

Lignée A Lignée B Lignée C Lignée D
CamilleSaintonge Camille Saintonge Camille Saintonge Jean-François Tremblay
Alain Saintonge Alain Saintonge Ginette Van der poel Mario Tremblay
Hubert Saintonge Hubert Saintonge Solange Lampron Noella Marcouillier
Félix Saintonge Félix Saintonge Alice Descôteaux Élisa Panneton
Félix Saintonge Georgiana Lavallée Eulalie Lampron Marie-Louise Sioui
François Saintonge Euphémie Allard Adéline Lord
François Saintonge Josephte Croisetière Julie Desaulniers
Madeleine Pichet Jacques Croisetière Joseph Desaulniers
Jean Pichet Étienne Croisetière Amable Paillé
Louis Pichet Jeanne Prévost M-Thérèse Pichet
Madeleine Leblanc Jean-Baptiste Prévost Louis Pichet
Euphrosine Nicolet Marie-Olivier Sylvestre Madeleine Leblanc
Nipissirienne
Euphrosine Nicolet


Nipissirienne

Voir en ligne : http://leflneur.blogspot.com/2013/1...