Andrée Lachapelle et Henri Norbert, rencontres au théâtre

, par Instantanés

Peu après son arrivée à Montréal, en 1949, le comédien français Henri Norbert donne des cours d’art dramatique qui sont suivis par Andrée Lachapelle. « Henri Norbert m’a appris tout d’abord à jouer d’une façon naturelle. Il m’a inculqué aussi certaines techniques de scène » [1] confie-t-elle à Marcel Dubé.

 

Andrée Lachapelle, [196- ?]. BAnQ Vieux-Montréal (P245). Photo : Studio Jac-Guy.
Henri Norbert, [196- ?]. BAnQ Vieux-Montréal (P245). Photo : Studio Jac-Guy.

Andrée Lachapelle fait ses premiers pas sur scène dans la troupe de théâtre amateur « Le Trait d’union » fondée par Henri Norbert. Le professeur offre rapidement des rôles à l’étudiante dont il a détecté le grand talent.

 

Henri Norbert et deux comédiens de la troupe de théâtre amateur « Le Trait d’union », 1950. BAnQ Vieux-Montréal (P48,S1,P19161). Photo : Conrad Poirier.

 

De juin à août 1970, Henri Norbert, Andrée Lachapelle et Dominique Briand jouent dans la comédie « galante » de Louis Verneuil, L’amant de cœur, présentée au théâtre d’été de Sun Valley. Ce théâtre, sous la direction d’Henri Norbert, présente des « comédies gaies, amusantes, comiques mais où la qualité de la langue et de l’écriture est de premier ordre, toujours. » [2]

 

Programme de la pièce de Louis Verneuil, L’amant de cœur, théâtre d’été de Sun Valley (Val-Morin), recto, 1970. BAnQ Vieux-Montréal (P10002,S2,SS4,D3).

 

Programme de la pièce de Louis Verneuil, L’amant de cœur, théâtre d’été de Sun Valley (Val-Morin), verso, 1970. BAnQ Vieux-Montréal (P10002,S2,SS4,D3).

 

Dans cette pièce, dont Henri Norbert assure la mise en scène, le professeur des premières années d’apprentissage de comédienne d’Andrée Lachapelle retrouve celle qui est devenue une figure marquante de la scène culturelle québécoise.

Marthe Léger, archiviste – BAnQ Vieux-Montréal

[1] Dubé, Marcel, Andrée Lachapelle : entre ciel et terre, Montréal, Éditions Mnémosyne, 1995, p. 29.

[2] Programme de la pièce de Louis Verneuil, L’amant de cœur, 1970, p. 3.

Voir en ligne : http://blogues.banq.qc.ca/instantan...