Annonce d’un remaniement ministériel par le premier ministre fédéral Stephen Harper

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Il s’agit d’un remaniement somme toute assez mineur puisque aucun des grands portefeuilles n’est affecté. La confirmation de David Emerson aux Affaires étrangères n’est pas une surprise. Cet ancien ministre de l’Industrie et du Commerce international succède à Maxime Bernier qui avait démissionné après avoir été au coeur d’une controverse. Le sénateur Michael Fortier passe pour sa part des Travaux publics et Services gouvernementaux au ministère du Commerce international, ce qui incite la presse à qualifier le remaniement de jeu de la chaise musicale. Celui qui succède à Fortier est un député du Québec, le secrétaire d’État à l’Agriculture Christian Paradis. Enfin, James Moore est nommé secrétaire d’État aux langues officielles. La décision du premier ministre Harper suscite peu de réactions. L’opposition minimise son impact tout en rappelant que Fortier n’a pas été élu à la Chambre des communes alors qu’il siège au cabinet depuis l’élection du gouvernement Harper. Ce remaniement est annoncé au début d’un été plutôt calme au niveau de la politique fédérale, les sondages n’indiquant pas de bouleversements majeurs en ce qui a trait à la cote de popularité des principaux partis. Il s’agit d’un remaniement somme toute assez mineur puisque aucun des grands portefeuilles n’est affecté. La confirmation de David Emerson aux Affaires étrangères n’est pas une surprise. Cet ancien ministre de l’Industrie et du Commerce international succède à Maxime Bernier qui avait démissionné après avoir été au coeur d’une controverse. Le sénateur Michael Fortier passe pour sa part des Travaux publics et Services gouvernementaux au ministère du Commerce international, ce qui incite la presse à qualifier le remaniement de jeu de la chaise musicale. Celui qui succède à Fortier est un député du Québec, le secrétaire d’État à l’Agriculture Christian Paradis. Enfin, James Moore est nommé secrétaire d’État aux langues officielles. La décision du premier ministre Harper suscite peu de réactions. L’opposition minimise son impact tout en rappelant que Fortier n’a pas été élu à la Chambre des communes alors qu’il siège au cabinet depuis l’élection du gouvernement Harper. Ce remaniement est annoncé au début d’un été plutôt calme au niveau de la politique fédérale, les sondages n’indiquant pas de bouleversements majeurs en ce qui a trait à la cote de popularité des principaux partis. Source : La Presse, 26 juin 2008, p. a6 ; Le Devoir, 26 juin 2008, p. a3.
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2008/06/25/002-remaniement-mercredi.shtml

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...