Annonce de 800 nouveaux emplois à Magog

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Depuis l’annonce de la fermeture de l’usine GM de Boisbriand, la compagnie GM cherche à recréer les 1 400 emplois que la fermeture de l’usine va occasionner. Toutefois, comme le souligne le vice-président local des Travailleurs canadiens de l’automobile, Yvon Morin, les contidions de travail des 800 nouveaux employés de SaarGummi sont loin de celles qu’ont les travailleurs de Boisbriand. Alors qu’à Boisbriand les employés gagnent entre 28 et 33 $ de l’heure, ceux de Magog iront chercher entre 10 et 17 $. Pendant ce temps, on cherche toujours une nouvelle vocation à l’usine de Boisbriand. Un projet de fabrication de pièces d’aluminium est actuellement envisagé.Depuis l’annonce de la fermeture de l’usine GM de Boisbriand, la compagnie GM cherche à recréer les 1 400 emplois que la fermeture de l’usine va occasionner. Toutefois, comme le souligne le vice-président local des Travailleurs canadiens de l’automobile, Yvon Morin, les contidions de travail des 800 nouveaux employés de SaarGummi sont loin de celles qu’ont les travailleurs de Boisbriand. Alors qu’à Boisbriand les employés gagnent entre 28 et 33 $ de l’heure, ceux de Magog iront chercher entre 10 et 17 $. Pendant ce temps, on cherche toujours une nouvelle vocation à l’usine de Boisbriand. Un projet de fabrication de pièces d’aluminium est actuellement envisagé. Source : Les Affaires, 24 novembre 2001, p.17. La Tribune, 21 novembre 2001, p.A1.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...