Annonce de coupures de poste par le Canadien National

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

C’est par le truchement des médias que les 21 600 employés du transporteur ferroviaire ont appris que 3 000 d’entre eux perdraient leur emploi d’ici à la fin de 1999. La dernière grande vague de réduction des effectifs remontait à 1995, lorsque l’entreprise ferroviaire a enclenché son processus de privatisation. Le CN s’était alors engagé dans un plan prévoyant la suppression de 1 000 emplois par année, pendant quatre ans. « Les abolitions de postes dans l’ensemble du réseau sont permanentes. Il s’agit d’une décision difficile, mais essentielle », selon Paul Tellier, le président-directeur-général du Canadien National, qui chiffre à 150 millions de dollars par année les économies qui découleront des nouvelles compressions.C’est par le truchement des médias que les 21 600 employés du transporteur ferroviaire ont appris que 3 000 d’entre eux perdraient leur emploi d’ici à la fin de 1999. La dernière grande vague de réduction des effectifs remontait à 1995, lorsque l’entreprise ferroviaire a enclenché son processus de privatisation. Le CN s’était alors engagé dans un plan prévoyant la suppression de 1 000 emplois par année, pendant quatre ans. « Les abolitions de postes dans l’ensemble du réseau sont permanentes. Il s’agit d’une décision difficile, mais essentielle », selon Paul Tellier, le président-directeur-général du Canadien National, qui chiffre à 150 millions de dollars par année les économies qui découleront des nouvelles compressions. Source : Le Devoir, le 21 octobre 1998, p.B2 et le 22 octobre 1998, p.A1

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...