Annonce de l’annulation de la présentation des Championnats du monde des sports aquatiques à Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Plusieurs disciplines sont au programme de ces championnats du monde, dont la natation, le plongeon, le water-polo, la nage synchronisée et la nage en eau libre. Avec 2 000 athlètes provenant de 180 pays, cet événement sportif, qui a eu lieu à Barcelone en 2003, sera un des plus importants à se dérouler à Montréal depuis les Jeux Olympiques de 1976. On s’attend à ce que des Québécois réussissent à s’y distinguer, notamment les plongeurs Alexandre Despatie et Émilie Heymans. Un manque à gagner de près de 12 millions de dollars au niveau des commandites du secteur privé inquiète cependant les dirigeants de la FINA qui décident, le 19 janvier, de retirer à Montréal l’organisation de ces championnats. La nouvelle provoque plusieurs réactions, dont celle du maire de Montréal, Gérald Tremblay, qui assure que son administration « va donner toutes les garanties nécessaires pour respecter le contrat qui lie le comité organisateur et la FINA ». Le 10 février, Tremblay annonce qu’il a gagné son pari et que la présentation des Jeux aura bel et bien lieu à Montréal. Son défi consiste maintenant à réunir le financement nécessaire, une tâche pour laquelle il doit trouver un nouveau directeur général. Celui qui occupait cette fonction, Yves Desrochers, est en effet décédé dans des circonstances tragiques le 2 février 2005. Plusieurs disciplines sont au programme de ces championnats du monde, dont la natation, le plongeon, le water-polo, la nage synchronisée et la nage en eau libre. Avec 2 000 athlètes provenant de 180 pays, cet événement sportif, qui a eu lieu à Barcelone en 2003, sera un des plus importants à se dérouler à Montréal depuis les Jeux Olympiques de 1976. On s’attend à ce que des Québécois réussissent à s’y distinguer, notamment les plongeurs Alexandre Despatie et Émilie Heymans. Un manque à gagner de près de 12 millions de dollars au niveau des commandites du secteur privé inquiète cependant les dirigeants de la FINA qui décident, le 19 janvier, de retirer à Montréal l’organisation de ces championnats. La nouvelle provoque plusieurs réactions, dont celle du maire de Montréal, Gérald Tremblay, qui assure que son administration « va donner toutes les garanties nécessaires pour respecter le contrat qui lie le comité organisateur et la FINA ». Le 10 février, Tremblay annonce qu’il a gagné son pari et que la présentation des Jeux aura bel et bien lieu à Montréal. Son défi consiste maintenant à réunir le financement nécessaire, une tâche pour laquelle il doit trouver un nouveau directeur général. Celui qui occupait cette fonction, Yves Desrochers, est en effet décédé dans des circonstances tragiques le 2 février 2005. Source : La Presse, 20 janvier 2005, p.1, A2-A3 et Cahier Sports ; 11 février 2005, p.1, A4-A5. Le Devoir, 20 janvier 2005, p.1 et A8 ; 11 février 2005, p.1 et A10.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...