Annonce de l’avancement de la réalisation d’un nouveau pont Champlain

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

L’état d’usure avancée du pont Champlain, considéré comme le plus utilisé au Canada, est déjà connu des gouvernements. Malgré des garanties que son entretien régulier assure la sécurité des usagers, des demandes se font pressantes pour son remplacement. Le ministre fédéral de l’Infrastructure, des Collectivités et des Affaires intergouvernementales, Denis Lebel, avait confirmé en octobre 2011 qu’environ 5 milliards seront déboursés afin de relier Montréal à la Rive-Sud par un nouveau pont à péage, construit à proximité de l’actuel, qui devrait être terminé en 2021. Les pressions continuent toutefois afin de devancer cet échéancier. Elles sont nourries par des inquiétudes concernant l’état du pont Champlain. À la fin de novembre 2013, une mesure d’urgence, la pose d’une « super-poutre » de renforcement de 75 tonnes, faite en acier, est même enclenchée. Il s’agit d’une opération d’envergure qui nécessite la fermeture temporaire de voies sur le pont. La mise en place de cette « super-poutre », qui fait la une des journaux, est cependant vite éclipsée par une nouvelle annonce du ministre Lebel qui devance la date de réalisation du nouveau pont, maintenant fixée à 2018. Afin d’accélérer le processus, il n’y aura pas de concours d’architecture et les appels d’offre et de qualification auront lieu dès le printemps 2014. La nouvelle est accueillie favorablement par les maires de Montréal et de la Rive-Sud ainsi que par le ministre québécois des Transports, Sylvain Gaudreault. Pour superviser la conception du nouveau pont Champlain qui, selon le ministre Lebel, « aura une durée de vie de 100 ans », on retient les services de l’architecte danois Poul Ove Jensen. Celui-ci a déjà plusieurs structures du genre à son actif. L’état d’usure avancée du pont Champlain, considéré comme le plus utilisé au Canada, est déjà connu des gouvernements. Malgré des garanties que son entretien régulier assure la sécurité des usagers, des demandes se font pressantes pour son remplacement. Le ministre fédéral de l’Infrastructure, des Collectivités et des Affaires intergouvernementales, Denis Lebel, avait confirmé en octobre 2011 qu’environ 5 milliards seront déboursés afin de relier Montréal à la Rive-Sud par un nouveau pont à péage, construit à proximité de l’actuel, qui devrait être terminé en 2021. Les pressions continuent toutefois afin de devancer cet échéancier. Elles sont nourries par des inquiétudes concernant l’état du pont Champlain. À la fin de novembre 2013, une mesure d’urgence, la pose d’une « super-poutre » de renforcement de 75 tonnes, faite en acier, est même enclenchée. Il s’agit d’une opération d’envergure qui nécessite la fermeture temporaire de voies sur le pont. La mise en place de cette « super-poutre », qui fait la une des journaux, est cependant vite éclipsée par une nouvelle annonce du ministre Lebel qui devance la date de réalisation du nouveau pont, maintenant fixée à 2018. Afin d’accélérer le processus, il n’y aura pas de concours d’architecture et les appels d’offre et de qualification auront lieu dès le printemps 2014. La nouvelle est accueillie favorablement par les maires de Montréal et de la Rive-Sud ainsi que par le ministre québécois des Transports, Sylvain Gaudreault. Pour superviser la conception du nouveau pont Champlain qui, selon le ministre Lebel, « aura une durée de vie de 100 ans », on retient les services de l’architecte danois Poul Ove Jensen. Celui-ci a déjà plusieurs structures du genre à son actif. Source : http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2013/11/30/001-pont-champlain-installation-super-poutre-circulation.shtml  ;
http://www.ledevoir.com/politique/canada/394140/un-nouveau-pont-champlain-a-peage-en-2018  ;
http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201312/02/01-4716574-pont-champlain-2018-une-date-garantie.php

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...