Annonce de la création d’une taxe volontaire par la ville de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

La création d’une loterie permettant de financer des causes à caractère social (aide aux chômeurs, aux hôpitaux) est une revendication de longue date des élus municipaux montréalais, dont l’ex-maire Camillien Houde. Le maire Jean Drapeau passe aux actes en 1968 l’instauration de la « contribution (ou taxe) volontaire ». Pour 2 $, ou un multiple de ce nombre, toute personne obtient le droit de participer à un tirage mensuel qui comprend un gros lot de 100 000 $. Le premier tirage a lieu le 27 mai 1968. Le grand prix est remporté par une Longueuilloise, Vénitia Barrette. Comme tous les concurrents, elle doit répondre correctement à quatre questions de connaissances générales avant de pouvoir toucher son prix. Cinq mois plus tard, la Cour d’appel du Québec déclarera cette taxe illégale. En tout, 19 tirages auront lieu, dont le dernier en novembre 1969. On estime à 17 millions de dollars les revenus bruts que les tirages auront rapportés à la Ville de Montréal avant que la Cour suprême ne déclare cette loterie illégale, en décembre 1969. L’idée sera toutefois reprise par le gouvernement provincial qui créera la Société d’exploitation des loteries et courses (Loto-Québec) en décembre 1969.La création d’une loterie permettant de financer des causes à caractère social (aide aux chômeurs, aux hôpitaux) est une revendication de longue date des élus municipaux montréalais, dont l’ex-maire Camillien Houde. Le maire Jean Drapeau passe aux actes en 1968 l’instauration de la « contribution (ou taxe) volontaire ». Pour 2 $, ou un multiple de ce nombre, toute personne obtient le droit de participer à un tirage mensuel qui comprend un gros lot de 100 000 $. Le premier tirage a lieu le 27 mai 1968. Le grand prix est remporté par une Longueuilloise, Vénitia Barrette. Comme tous les concurrents, elle doit répondre correctement à quatre questions de connaissances générales avant de pouvoir toucher son prix. Cinq mois plus tard, la Cour d’appel du Québec déclarera cette taxe illégale. En tout, 19 tirages auront lieu, dont le dernier en novembre 1969. On estime à 17 millions de dollars les revenus bruts que les tirages auront rapportés à la Ville de Montréal avant que la Cour suprême ne déclare cette loterie illégale, en décembre 1969. L’idée sera toutefois reprise par le gouvernement provincial qui créera la Société d’exploitation des loteries et courses (Loto-Québec) en décembre 1969. Source : Le Devoir, 3 avril 1968, p.1.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...