Annonce de la démission du premier ministre canadien Robert Borden

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le premier ministre évoque son état de santé pour justifier sa décision : « Toutes les difficultés découlant de ma démission seraient accrues dix fois, si je combattais pour quelque mois et retombais alors dans la faiblesse physique qui m&#8217 ;a assiégé à la dernière session. » La popularité du gouvernement dirigé par Borden était déjà ébranlée avant ce départ. Celui-ci espère que ses partisans se regrouperont au sein d&#8217 ;une nouvelle formation politique : le parti national-libéral-conservateur. Parmi les candidats pressentis pour le remplacer, on retrouve les noms d&#8217 ;Arthur Meighen, Thomas White, George Foster et Henry Drayton. C&#8217 ;est finalement Meighen qui accédera au poste de premier ministre, le 10 juillet 1920.Le premier ministre évoque son état de santé pour justifier sa décision : « Toutes les difficultés découlant de ma démission seraient accrues dix fois, si je combattais pour quelque mois et retombais alors dans la faiblesse physique qui m&#8217 ;a assiégé à la dernière session. » La popularité du gouvernement dirigé par Borden était déjà ébranlée avant ce départ. Celui-ci espère que ses partisans se regrouperont au sein d&#8217 ;une nouvelle formation politique : le parti national-libéral-conservateur. Parmi les candidats pressentis pour le remplacer, on retrouve les noms d&#8217 ;Arthur Meighen, Thomas White, George Foster et Henry Drayton. C&#8217 ;est finalement Meighen qui accédera au poste de premier ministre, le 10 juillet 1920. Source : Le Devoir, 2 juillet 1920, p.1 et 2 ; 3 juillet 1920, p.3.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...