Annonce de la fermeture du « Montréal-Matin »

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Avant le conflit, qui a duré du 7 octobre 1977 au 2 mai 1978, le « Montréal-Matin » tirait à environ 136 000 copies. Après, il se maintient autour de 90 000 copies, ce qui est insuffisant à assurer sa rentabilité. Pour la seule année 1978, la direction déclare des pertes de 3,2 millions de dollars. Cette situation joue un rôle décisif dans la fermeture du journal qui survient le 27 décembre 1978. Connu d’abord sous le nom de « L’Illustration », le « Montréal-Matin » a vu le jour dans les années 30. D’allégeance conservatrice, puis propriété de l’Union nationale, ce quotidien se détachera au fil des ans de la politique partisane et se spécialisera dans les faits divers et les nouvelles sportives, un domaine dans lequel il est en compétition directe avec un autre quotidien populaire, le « Journal de Montréal ». Avant le conflit, qui a duré du 7 octobre 1977 au 2 mai 1978, le « Montréal-Matin » tirait à environ 136 000 copies. Après, il se maintient autour de 90 000 copies, ce qui est insuffisant à assurer sa rentabilité. Pour la seule année 1978, la direction déclare des pertes de 3,2 millions de dollars. Cette situation joue un rôle décisif dans la fermeture du journal qui survient le 27 décembre 1978. Connu d’abord sous le nom de « L’Illustration », le « Montréal-Matin » a vu le jour dans les années 30. D’allégeance conservatrice, puis propriété de l’Union nationale, ce quotidien se détachera au fil des ans de la politique partisane et se spécialisera dans les faits divers et les nouvelles sportives, un domaine dans lequel il est en compétition directe avec un autre quotidien populaire, le « Journal de Montréal ». Source : La Presse, 28 décembre 1978, p.1 et A6.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...