Annonce de la formation d’un cabinet d’Union à Ottawa

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

À la suite de cette décision, prise dans le contexte de la conscription, le cabinet Borden regroupera 13 Conservateurs et 9 libéraux (ou indépendants) et 1 travailliste. Les élections de décembre donneront à ce gouvernement, qui rallie les forces conscriptionnistes du pays, une solide majorité. Elles accentuent toutefois les divisions qui déchirent les Libéraux puisque leur chef, Wilfrid Laurier
, a refusé de joindre les rangs du gouvernement d’Union, déclarant : « À l’heure présente, je me trouve séparé de collègues qui me sont aussi chers que des frères (...) J’obéis à ma conscience, ils obéissent à la leur, mais cette situation indique que nous sommes en présence d’une scission qui, si elle n’est pas enrayée, peut bouleverser le pays le pays de fond en comble. » À la suite de cette décision, prise dans le contexte de la conscription, le cabinet Borden regroupera 13 Conservateurs et 9 libéraux (ou indépendants) et 1 travailliste. Les élections de décembre donneront à ce gouvernement, qui rallie les forces conscriptionnistes du pays, une solide majorité. Elles accentuent toutefois les divisions qui déchirent les Libéraux puisque leur chef, Wilfrid Laurier
, a refusé de joindre les rangs du gouvernement d’Union, déclarant : « À l’heure présente, je me trouve séparé de collègues qui me sont aussi chers que des frères (...) J’obéis à ma conscience, ils obéissent à la leur, mais cette situation indique que nous sommes en présence d’une scission qui, si elle n’est pas enrayée, peut bouleverser le pays le pays de fond en comble. » Source : La Presse, 12 octobre 1917, p.1 et 19. L’Encyclopédie du Canada : édition 2000, Montréal, Stanké, 1999, p.1080. (citation dans) Don Gilmour, Achille Michaud, Pierre Turgeon, Le Canada : une histoire populaire de la Confédération à nos jours, Saint-Laurent, Fides, 2001, p.110-111.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...