Annonce de la nationalisation de Québécair par le gouvernement du Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le gouvernement québécoise investira une somme de 62,6 millions d’ici la fin du mois et 110 millions d’ici la fin 1986. Le ministre des Transport, Michel Clair, n’est pas prêt à accepter la proposition du gouvernement fédéral. Selon le ministre : « la proposition d’Ottawa est innaceptable, elle limite la participation fédérale à 12,5 millions jusqu’au 31 décembre 1986 seulement, tandis que le Québec doit investir cinq fois plus, soit 6,2 millions, céder 50 % de la proprité de Québécair et de confier le contrôle de la gestion à Air Canada pour deux ans. »Le gouvernement québécoise investira une somme de 62,6 millions d’ici la fin du mois et 110 millions d’ici la fin 1986. Le ministre des Transport, Michel Clair, n’est pas prêt à accepter la proposition du gouvernement fédéral. Selon le ministre : « la proposition d’Ottawa est innaceptable, elle limite la participation fédérale à 12,5 millions jusqu’au 31 décembre 1986 seulement, tandis que le Québec doit investir cinq fois plus, soit 6,2 millions, céder 50 % de la proprité de Québécair et de confier le contrôle de la gestion à Air Canada pour deux ans. » Source : La Presse, 22 juin 1983, p.1 et A2. Le Devoir, 22 juin 1982, p.1,8.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...