Annonce de la nomination de Michaëlle Jean au poste de gouverneure générale du Canada

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Une native d’Haïti, Madame Jean est arrivée au Québec en 1968 avec ses parents qui fuyaient le régime dictatorial de François Duvalier. Après des études à l’Université de Montréal, elle oeuvre de 1978 à 1987 au sein du Regroupement provincial des maisons d’hébergement et de transition pour femmes victimes de violence conjugale. Journaliste à Radio-Canada, elle se fait connaître comme animatrice d’émissions d’informations et lectrice du journal télévisé de Radio-Canada, un travail qu’elle effectue encore au moment de sa nomination. Même si le poste de gouverneure générale suscite beaucoup de réserve chez les Québécois, la nomination de Michaëlle Jean, dont les sondages confirment la popularité, est bien accueillie. Les critiques les plus vives se font surtout entendre des milieux nationalistes à l’endroit du premier ministre Martin, accusé d’opportunisme politique, et du mari de la future gouverneure générale, le cinéaste Jean-Daniel Lafond, dont le passé souverainiste fait l’objet d’une controverse. En revanche, la communauté haïtienne réserve un accueil chaleureux à Michaëlle Jean qui sera assermentée dans ses fonctions le 27 septembre 2005.Une native d’Haïti, Madame Jean est arrivée au Québec en 1968 avec ses parents qui fuyaient le régime dictatorial de François Duvalier. Après des études à l’Université de Montréal, elle oeuvre de 1978 à 1987 au sein du Regroupement provincial des maisons d’hébergement et de transition pour femmes victimes de violence conjugale. Journaliste à Radio-Canada, elle se fait connaître comme animatrice d’émissions d’informations et lectrice du journal télévisé de Radio-Canada, un travail qu’elle effectue encore au moment de sa nomination. Même si le poste de gouverneure générale suscite beaucoup de réserve chez les Québécois, la nomination de Michaëlle Jean, dont les sondages confirment la popularité, est bien accueillie. Les critiques les plus vives se font surtout entendre des milieux nationalistes à l’endroit du premier ministre Martin, accusé d’opportunisme politique, et du mari de la future gouverneure générale, le cinéaste Jean-Daniel Lafond, dont le passé souverainiste fait l’objet d’une controverse. En revanche, la communauté haïtienne réserve un accueil chaleureux à Michaëlle Jean qui sera assermentée dans ses fonctions le 27 septembre 2005. Source : La Presse, 4 août 2005, p. 1, A6-A7 ; 5 août 2005, p. 1, A2-A3. Le Devoir, 4 août 2005, p. 1 et A2 ; 5 août 2005, p. 1, A3 et A10.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...