Annonce de la retraite du gardien de but Patrick Roy

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

L’athlète de 37 ans, qui évolue depuis 1995 avec l’Avalanche du Colorado, se dit en paix avec sa décision : « Je n’ai aucun regret (...) Je me considère privilégié d’avoir vécu mon rêve et d’avoir eu du plaisir pendant plus de 18 ans en gagnant ma vie en pratiquant le sport que j’adore. » Toujours considéré comme un des meilleurs portiers de la LNH, Roy laisse derrière lui une impressionnante feuille de route qui comprend quatre conquêtes de la coupe Stanley et trois du trophée Conn-Smythe, un record, remis au joueur par excellence des séries. Sa régularité et son habileté à se distinguer sous la pression font l’unanimité auprès des journalistes qui font à Roy une place de choix parmi les grands gardiens de l’histoire. Il est d’ailleurs intéressant de constater que cette annonce survient au coeur de séries éliminatoires qui mettent en évidence le brio de plusieurs autres gardiens québécois (Martin Brodeur, Jean-Sébastien Giguère, Patrick Lalime, etc.) que plusieurs analystes considèrent comme le héritiers d’une tradition dont Roy a été un des pionniers. Avec le temps, le nom du gardien de but originaire de Sainte-Foy risque également d’être associé à un autre événement qui pourrait passer à l’histoire : la dernière conquête de la coupe Stanley réalisée par le Canadien de Montréal en 1993.L’athlète de 37 ans, qui évolue depuis 1995 avec l’Avalanche du Colorado, se dit en paix avec sa décision : « Je n’ai aucun regret (...) Je me considère privilégié d’avoir vécu mon rêve et d’avoir eu du plaisir pendant plus de 18 ans en gagnant ma vie en pratiquant le sport que j’adore. » Toujours considéré comme un des meilleurs portiers de la LNH, Roy laisse derrière lui une impressionnante feuille de route qui comprend quatre conquêtes de la coupe Stanley et trois du trophée Conn-Smythe, un record, remis au joueur par excellence des séries. Sa régularité et son habileté à se distinguer sous la pression font l’unanimité auprès des journalistes qui font à Roy une place de choix parmi les grands gardiens de l’histoire. Il est d’ailleurs intéressant de constater que cette annonce survient au coeur de séries éliminatoires qui mettent en évidence le brio de plusieurs autres gardiens québécois (Martin Brodeur, Jean-Sébastien Giguère, Patrick Lalime, etc.) que plusieurs analystes considèrent comme le héritiers d’une tradition dont Roy a été un des pionniers. Avec le temps, le nom du gardien de but originaire de Sainte-Foy risque également d’être associé à un autre événement qui pourrait passer à l’histoire : la dernière conquête de la coupe Stanley réalisée par le Canadien de Montréal en 1993. Source : La Presse, 29 mai 2003, p.A1-A2, S2-S5.
http://www.rds.ca/hockey/chroniques/HOCKEYLNHDIV3ED3BDC8.html

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...