Annonce de mises à pied à la Caisse de dépôt et placement

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Les mises à pied qui représentent près de 14% de l’effectif de la Caisse se situent, pour 50% des cas, dans le secteur des placements privés. La plupart des emplois perdus sont à Montréal et 27 sont à l’étranger. M. Rousseau souhaite également appliquer des mesures pour réduire le nombre de filiales de six à trois et de bureaux à l’étranger de 11 à 3 (Hong Kong, Paris et Los Angeles). Aussi, il y aura des changements à la direction et un resserrement de la gestion administrative. Ces nouvelles mesures amèneront des économies qui pourraient atteindre 22 millions de dollars par année. Une autre faille au sein de la Caisse est le manque de communication. Le centre CDP Capital, cet énorme édifice de 1900 bureaux en est un bon exemple. L’annonce avait été faite en juin 2000 qu’il en coûterait 102,5 millions pour le construire. Hors ce chiffre est le prix de l’édifice à l’état brut sans compter le terrain et plusieurs autres dépenses comme l’ingénierie, les frais juridiques, les permis, etc. Aujourd’hui le projet est évalué à plus de 362 millions de dollars et il est impossible de retoucher le projet pour abaisser les coûts. M. Rousseau admet que le public a été induit en erreur dans cette affaire. "Il y a eu de la confusion et la Caisse doit en tirer des leçons. [...] Cette situation illustre la nécessité pour la Caisse de mettre en place un cadre plus rigoureux et des règles plus contraignantes en matière de communication, d’information et de divulgation. [...] Dans l’avenir, je vais installer des règles de communication pour m’assurer que, quand un chiffre sort de la Caisse, on va mourir avec."Les mises à pied qui représentent près de 14% de l’effectif de la Caisse se situent, pour 50% des cas, dans le secteur des placements privés. La plupart des emplois perdus sont à Montréal et 27 sont à l’étranger. M. Rousseau souhaite également appliquer des mesures pour réduire le nombre de filiales de six à trois et de bureaux à l’étranger de 11 à 3 (Hong Kong, Paris et Los Angeles). Aussi, il y aura des changements à la direction et un resserrement de la gestion administrative. Ces nouvelles mesures amèneront des économies qui pourraient atteindre 22 millions de dollars par année. Une autre faille au sein de la Caisse est le manque de communication. Le centre CDP Capital, cet énorme édifice de 1900 bureaux en est un bon exemple. L’annonce avait été faite en juin 2000 qu’il en coûterait 102,5 millions pour le construire. Hors ce chiffre est le prix de l’édifice à l’état brut sans compter le terrain et plusieurs autres dépenses comme l’ingénierie, les frais juridiques, les permis, etc. Aujourd’hui le projet est évalué à plus de 362 millions de dollars et il est impossible de retoucher le projet pour abaisser les coûts. M. Rousseau admet que le public a été induit en erreur dans cette affaire. "Il y a eu de la confusion et la Caisse doit en tirer des leçons. [...] Cette situation illustre la nécessité pour la Caisse de mettre en place un cadre plus rigoureux et des règles plus contraignantes en matière de communication, d’information et de divulgation. [...] Dans l’avenir, je vais installer des règles de communication pour m’assurer que, quand un chiffre sort de la Caisse, on va mourir avec." Source : La Devoir, 3 décembre 2002, p. A1
La Presse, 3 décembre 2002 , p. A3

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...