Annonce du retrait de la vie politique du maire de Québec, Jean-Paul L&#8217 ;Allier

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le fait que la « nouvelle ville de Québec » soit sortie à peu près intacte de cette consultation populaire constitue une victoire pour L&#8217 ;Allier qui avoue à la presse : « &#8230 ;j&#8217 ;avais envie de faire en sorte que le moment où je quitte la politique soit un moment positif pour mon équipe (le parti Renouveau municipal), la population et pour la ville. » En poste depuis 1989, L&#8217 ;Allier complètera quatre mandats à la tête de Québec, un record de longévité pour un maire dans cette ville. Avant de faire de la politique municipale, il avait été actif sur la scène provinciale, notamment comme ministre dans le cabinet de Robert Bourassa, au début des années 1970.Le fait que la « nouvelle ville de Québec » soit sortie à peu près intacte de cette consultation populaire constitue une victoire pour L&#8217 ;Allier qui avoue à la presse : « &#8230 ;j&#8217 ;avais envie de faire en sorte que le moment où je quitte la politique soit un moment positif pour mon équipe (le parti Renouveau municipal), la population et pour la ville. » En poste depuis 1989, L&#8217 ;Allier complètera quatre mandats à la tête de Québec, un record de longévité pour un maire dans cette ville. Avant de faire de la politique municipale, il avait été actif sur la scène provinciale, notamment comme ministre dans le cabinet de Robert Bourassa, au début des années 1970. Source : Le Devoir, 6 juillet 2004, p.A3. La Presse, 6 juillet 2004, p.A7.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...