Annonce économique faite dans le cadre du voyage en Europe du premier ministre Jean Charest

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Charest se rend d’abord en Angleterre où il prononce quelques discours et accorde des entrevues à des revues prestigieuses comme le « Financial Times » et « The Economist ». Il en profite pour vendre les atouts du Québec aux investisseurs étrangers : « Cette combinaison unique de leadership dans les secteurs de la haute technologie, des sources d’énergie fiables et concurrentielles, l’intégration dans le marché nord-américain et une main-d’oeuvre très qualifiée sont les gages de succès de l’économie québécoise. » Le premier ministre reprend les mêmes arguments à Davos, en Suisse, dans le cadre du Forum économique mondial, et en Allemagne, où il a l’occasion de serrer la main du chancelier Gerhard Schröder. Un projet de gouvernement en ligne et quelques investissements, dont celui de 500 millions dans l’usine QIT-Fer et titane de la région de Sorel, sont annoncés. Mais de sombres nuages continuent de planer sur la tête du gouvernement, notamment l’annonce de la perte de 560 emplois à l’usine Alcan du Saguenay et la publication de différents sondages qui révèlent un effondrement de la popularité des libéraux auprès des Québécois.Charest se rend d’abord en Angleterre où il prononce quelques discours et accorde des entrevues à des revues prestigieuses comme le « Financial Times » et « The Economist ». Il en profite pour vendre les atouts du Québec aux investisseurs étrangers : « Cette combinaison unique de leadership dans les secteurs de la haute technologie, des sources d’énergie fiables et concurrentielles, l’intégration dans le marché nord-américain et une main-d’oeuvre très qualifiée sont les gages de succès de l’économie québécoise. » Le premier ministre reprend les mêmes arguments à Davos, en Suisse, dans le cadre du Forum économique mondial, et en Allemagne, où il a l’occasion de serrer la main du chancelier Gerhard Schröder. Un projet de gouvernement en ligne et quelques investissements, dont celui de 500 millions dans l’usine QIT-Fer et titane de la région de Sorel, sont annoncés. Mais de sombres nuages continuent de planer sur la tête du gouvernement, notamment l’annonce de la perte de 560 emplois à l’usine Alcan du Saguenay et la publication de différents sondages qui révèlent un effondrement de la popularité des libéraux auprès des Québécois. Source : Le Devoir, 20 janvier 2004, p.A3 et B3 ; 21 janvier 2004, p.B3 ; 22 janvier 2004, p.B1-B3 ; 23 janvier 2004, p.1 et A7. La Presse, 20 janvier 2004, p.1 et A2 ; 21 janvier 2004, p.A9 ; 22 janvier 2004, p.A4 ; 28 janvier 2004, p.A9.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...