Annonce officielle de la construction d’une centrale au gaz naturel à Beauharnois

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Il s’agit en fait de la confirmation d’un projet déjà sur la table, auquel on a apporté certaines modifications. L’entrée en opération de cette centrale, dont les coûts sont évalués à 550 millions de dollars, aurait pour but de : « ...combler la demande québécoise croissante en électricité entre 2007 et 2010, une période pendant laquelle l’instigateur du projet prévoit que la demande domestique pourrait excéder sa capacité de production. » L’initiative soulève des critiques, particulièrement des groupes environnementalistes qui s’inquiètent des émissions de gaz à effet de serre de la centrale, émissions qui menaceraient les objectifs fixés par le Canada dans le cadre des accords de Kyoto. Il s’agit en fait de la confirmation d’un projet déjà sur la table, auquel on a apporté certaines modifications. L’entrée en opération de cette centrale, dont les coûts sont évalués à 550 millions de dollars, aurait pour but de : « ...combler la demande québécoise croissante en électricité entre 2007 et 2010, une période pendant laquelle l’instigateur du projet prévoit que la demande domestique pourrait excéder sa capacité de production. » L’initiative soulève des critiques, particulièrement des groupes environnementalistes qui s’inquiètent des émissions de gaz à effet de serre de la centrale, émissions qui menaceraient les objectifs fixés par le Canada dans le cadre des accords de Kyoto. Source : Le Devoir, 14 janvier 2004, p.1 et A8. La Presse, 14 janvier 2004, cahier Affaires, p.1-3.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...