Apparition du concept de « foyer principal de la langue et de la culture française en Amérique » pour définir le Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Cette proposition est toutefois accueilie assez froidement par le premier ministre québécois, Lucien Bouchard
. Même le chef de l’Opposition libérale à l’Assemblée nationale, Daniel Johnson jr, exprime ouvertement des réserves : « Ça demeure un peu court que le Québec soit le foyer principal des francophones en Amérique. C’est comme dire que Terre-Neuve est une île et qu’il y a les Rocheuses dans l’Ouest : il n’y a pas d’effets juridiques qui s’en suivent (...) On a décrit un bien petit morceau de la réalité. Moi je dis tout de suite, au nom du Parti libéral du Québec et d’une vaste majorité de Québécois, que le point d’arrivée c’est celui de la reconnaissance du Québec comme société distincte au Canada. » Même le ministre fédéral des Affaires intergouvernementales, Stéphane Dion, se dit surpris par cette proposition. Cette proposition est toutefois accueilie assez froidement par le premier ministre québécois, Lucien Bouchard
. Même le chef de l’Opposition libérale à l’Assemblée nationale, Daniel Johnson jr, exprime ouvertement des réserves : « Ça demeure un peu court que le Québec soit le foyer principal des francophones en Amérique. C’est comme dire que Terre-Neuve est une île et qu’il y a les Rocheuses dans l’Ouest : il n’y a pas d’effets juridiques qui s’en suivent (...) On a décrit un bien petit morceau de la réalité. Moi je dis tout de suite, au nom du Parti libéral du Québec et d’une vaste majorité de Québécois, que le point d’arrivée c’est celui de la reconnaissance du Québec comme société distincte au Canada. » Même le ministre fédéral des Affaires intergouvernementales, Stéphane Dion, se dit surpris par cette proposition. Source : La Presse, 16 avril 1996, p.A1.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...