Arrestation du maire de Montréal, Camillien Houde

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le 18 juin, le premier ministre du Canada, William Lyon Mackenzie King
, annonçait la tenue entre le 19 et le 21 août d’un enregistrement national pour tous les hommes et femmes de 16 à 60 ans. Cette mesure, qui selon King ne vise qu’à assurer la protection du territoire canadien, soulève l’ire de plusieurs nationalistes canadiens-français, dont le maire de Montréal, Camillien Houde
, qui se déclare : « contre l’enregistrement national qui est, sans équivoque, une mesure de conscription ». Pour Houde, le Parlement « n’a pas le mandat de voter la conscription. Et je demande à la population de ne pas s’y conformer, sachant parfaitement ce que je fais présentement et ce à quoi je m’expose. Si le gouvernement veut un mandat pour la conscription, qu’il vienne devant le peuple sans, cette fois, le tromper. » Le lendemain, le gouvernement réagit en le faisant interner.Le 18 juin, le premier ministre du Canada, William Lyon Mackenzie King
, annonçait la tenue entre le 19 et le 21 août d’un enregistrement national pour tous les hommes et femmes de 16 à 60 ans. Cette mesure, qui selon King ne vise qu’à assurer la protection du territoire canadien, soulève l’ire de plusieurs nationalistes canadiens-français, dont le maire de Montréal, Camillien Houde
, qui se déclare : « contre l’enregistrement national qui est, sans équivoque, une mesure de conscription ». Pour Houde, le Parlement « n’a pas le mandat de voter la conscription. Et je demande à la population de ne pas s’y conformer, sachant parfaitement ce que je fais présentement et ce à quoi je m’expose. Si le gouvernement veut un mandat pour la conscription, qu’il vienne devant le peuple sans, cette fois, le tromper. » Le lendemain, le gouvernement réagit en le faisant interner. Source : Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, François Ricard, Histoire du Québec contemporain : le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1986, p.131-141. L’Encyclopédie du Canada : édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.1206.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...