Arrestation violente de Richard Barnabé

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Après une première enquête, deux des policiers seront condamnés à 120 et 140 jours de suspension. Ils réintégreront leur emploi par la suite. Cependant, le 4 décembre 1998, le Commissaire à la déontologie policière réclamera la destitution du policier Karl Anderson, du lieutenant Michel Pohu et du directeur Jean-Pierre Auger, pour avoir abusé inutilement de violence dans le but de maîtriser Barnabé dans sa cellule. Le 10 décembre 1998, la Cour d’appel du Québec confirmera la condamnation criminelle de quatre des policiers impliqués dans cette affaire. En tout, sept policiers seront sévèrement blâmés par le comité de déontologie en rapport avec l’arrestation de Richard Barnabé.Après une première enquête, deux des policiers seront condamnés à 120 et 140 jours de suspension. Ils réintégreront leur emploi par la suite. Cependant, le 4 décembre 1998, le Commissaire à la déontologie policière réclamera la destitution du policier Karl Anderson, du lieutenant Michel Pohu et du directeur Jean-Pierre Auger, pour avoir abusé inutilement de violence dans le but de maîtriser Barnabé dans sa cellule. Le 10 décembre 1998, la Cour d’appel du Québec confirmera la condamnation criminelle de quatre des policiers impliqués dans cette affaire. En tout, sept policiers seront sévèrement blâmés par le comité de déontologie en rapport avec l’arrestation de Richard Barnabé. Source : Le Devoir, 18 décembre 1993, p.A3, 4 mai 1996, p.1.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...