Arrivée de l&#8217 ;aviateur américain Charles Lindbergh à Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Il ne s&#8217 ;agit pas d&#8217 ;un voyage d&#8217 ;agrément puisque Lindbergh a pour mission de secourir l&#8217 ;aviateur Floyd Bennett qu&#8217 ;une forte pneumonie cloue à un lit de l&#8217 ;hôpital Jeffrey-Hale de Québec. Bennett, un pilote expérimenté qui a participé à la conquête aérienne du pôle Nord en compagnie de Robert Byrd, en 1926, a été atteint par cette maladie au cours d&#8217 ;une mission de secours visant à ravitailler en équipement le monoplan allemand « Bremen ». Cet appareil s&#8217 ;est échoué avec son équipage sur l&#8217 ;île Greenlay -« Greenlay Island »- , près des côtes du Labrador. L&#8217 ;état de santé de Bennett est à ce point inquiétant que l&#8217 ;on demande à Lindbergh d&#8217 ;amener en toute hâte des bouteilles d&#8217 ;un sérum anti-pneumonique préparé à l&#8217 ;Institut Rockfeller de New York. Il arrive à Québec le 24 avril à bord d&#8217 ;un avion Curtiss-Falcon qu&#8217 ;il pose sur les plaines d&#8217 ;Abraham, au milieu d&#8217 ;une foule de quelques milliers de personnes. Pendant que son passager, le docteur Thomas B. Applegath, cherche à se rendre à l&#8217 ;hôpital le plus tôt possible, Lindbergh se fraye tant bien que mal un passage au sein des curieux qui se bousculent pour le voir de près ou lui serrer la main. Après une visite à Bennett, « Lucky Lindy » est invité à dîner par le premier ministre du Québec, Louis-Alexandre Taschereau. Il passe une nuit au château Frontenac et reprend son vol pour New York le lendemain matin. Au moment où il survole l&#8217 ;hôpital Jeffrey-Hale, Lindbergh ignore cependant que Bennett est décédé des suites de sa maladie.Il ne s&#8217 ;agit pas d&#8217 ;un voyage d&#8217 ;agrément puisque Lindbergh a pour mission de secourir l&#8217 ;aviateur Floyd Bennett qu&#8217 ;une forte pneumonie cloue à un lit de l&#8217 ;hôpital Jeffrey-Hale de Québec. Bennett, un pilote expérimenté qui a participé à la conquête aérienne du pôle Nord en compagnie de Robert Byrd, en 1926, a été atteint par cette maladie au cours d&#8217 ;une mission de secours visant à ravitailler en équipement le monoplan allemand « Bremen ». Cet appareil s&#8217 ;est échoué avec son équipage sur l&#8217 ;île Greenlay -« Greenlay Island »- , près des côtes du Labrador. L&#8217 ;état de santé de Bennett est à ce point inquiétant que l&#8217 ;on demande à Lindbergh d&#8217 ;amener en toute hâte des bouteilles d&#8217 ;un sérum anti-pneumonique préparé à l&#8217 ;Institut Rockfeller de New York. Il arrive à Québec le 24 avril à bord d&#8217 ;un avion Curtiss-Falcon qu&#8217 ;il pose sur les plaines d&#8217 ;Abraham, au milieu d&#8217 ;une foule de quelques milliers de personnes. Pendant que son passager, le docteur Thomas B. Applegath, cherche à se rendre à l&#8217 ;hôpital le plus tôt possible, Lindbergh se fraye tant bien que mal un passage au sein des curieux qui se bousculent pour le voir de près ou lui serrer la main. Après une visite à Bennett, « Lucky Lindy » est invité à dîner par le premier ministre du Québec, Louis-Alexandre Taschereau. Il passe une nuit au château Frontenac et reprend son vol pour New York le lendemain matin. Au moment où il survole l&#8217 ;hôpital Jeffrey-Hale, Lindbergh ignore cependant que Bennett est décédé des suites de sa maladie. Source : La Presse, 24 avril 1928, p.1 ; 25 avril 1928, p.1 et 29 ; 26 avril 1928, p.1 et 33. Le Soleil, 31 mai 2003, p.A14.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...