Assemblée socialiste au Champ de Mars à l’occasion de la Fête du travail

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Selon un dénommé Ratch, qui préside la réunion : « Le premier mai est le seul jour de fête du travail, le seul que les ouvriers prennent sans l’autorisation du Capital et le seul qu’ils puissent chômer dans un commun accord avec les ouvriers de tous l’univers. » Cette rencontre fait couler beaucoup d’encre depuis quelques mois. Le Conseil des métiers et du travail de Montréal (CMTM) s’y oppose, tout comme l’archevêque de Montréal, Mgr Paul Bruchési
, le Parti ouvrier et la Société Saint-Jean-Baptiste. L’intervention de la police sera nécessaire pour disperser les manifestants. L’année suivante, la manifestation du premier mai organisée par les socialistes sera dispersée avant même de débuter.Selon un dénommé Ratch, qui préside la réunion : « Le premier mai est le seul jour de fête du travail, le seul que les ouvriers prennent sans l’autorisation du Capital et le seul qu’ils puissent chômer dans un commun accord avec les ouvriers de tous l’univers. » Cette rencontre fait couler beaucoup d’encre depuis quelques mois. Le Conseil des métiers et du travail de Montréal (CMTM) s’y oppose, tout comme l’archevêque de Montréal, Mgr Paul Bruchési
, le Parti ouvrier et la Société Saint-Jean-Baptiste. L’intervention de la police sera nécessaire pour disperser les manifestants. L’année suivante, la manifestation du premier mai organisée par les socialistes sera dispersée avant même de débuter. Source : La Presse, 2 mai 1907, p.1 et 9.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...