Assermentation de Jean-Louis Roux au poste de lieutenant-gouverneur du Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Les milieux nationalistes du Québec ainsi que le premier ministre Lucien Bouchard accueillent froidement cette nomination, le nouveau lieutenant-gouverneur ayant milité activement pour le Non lors de la campagne référendaire de 1995. Un article paru dans la revue « L’Actualité » quelques mois plus tard causera une controverse qui mènera à la démission de Jean-Louis Roux, le 5 novembre 1996. Ce dernier reconnaissait alors avoir dessiné en dérision une croix gammée sur son sarrau, à l’époque où il étudiait à l’Université. Ce geste, dont il s’est excusé, aurait été posé plus de cinquante ans auparavant. Jean-Louis Roux sera remplacé dans ses fonctions par Lise Thibault.Les milieux nationalistes du Québec ainsi que le premier ministre Lucien Bouchard accueillent froidement cette nomination, le nouveau lieutenant-gouverneur ayant milité activement pour le Non lors de la campagne référendaire de 1995. Un article paru dans la revue « L’Actualité » quelques mois plus tard causera une controverse qui mènera à la démission de Jean-Louis Roux, le 5 novembre 1996. Ce dernier reconnaissait alors avoir dessiné en dérision une croix gammée sur son sarrau, à l’époque où il étudiait à l’Université. Ce geste, dont il s’est excusé, aurait été posé plus de cinquante ans auparavant. Jean-Louis Roux sera remplacé dans ses fonctions par Lise Thibault. Source : Le Devoir, 11 septembre 1996, p.A4, 13 septembre 1996, p.A1, 6 novembre 1996, p.A1. L’Encyclopédie du Canada : édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.2183.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...