Assermentation de Kim Campbell au poste de première ministre du Canada

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Lors de son assermentation, le 25 juin, Campbell présente son cabinet. Une des décisions de la nouvelle première ministre est d’abolir certains ministères et d’en fusionner d’autres pour créer des superministères. En plus d’être nommé vice-premier ministre, l’adversaire de Campbell lors de la course au leadership du Parti progressiste-conservateur, Jean Charest
, hérite d’un de ces superministères, celui de l’Industrie et des Sciences. En tout, sept Québécois font partie du nouveau cabinet, dont une femme, Monique Landry. Ces nominations seront cependant de courte durée puisque des élections générales seront décrétées à l’automne 1993.Lors de son assermentation, le 25 juin, Campbell présente son cabinet. Une des décisions de la nouvelle première ministre est d’abolir certains ministères et d’en fusionner d’autres pour créer des superministères. En plus d’être nommé vice-premier ministre, l’adversaire de Campbell lors de la course au leadership du Parti progressiste-conservateur, Jean Charest
, hérite d’un de ces superministères, celui de l’Industrie et des Sciences. En tout, sept Québécois font partie du nouveau cabinet, dont une femme, Monique Landry. Ces nominations seront cependant de courte durée puisque des élections générales seront décrétées à l’automne 1993. Source : La Presse, 26 juin 1993, p.1 et A2. L’Encyclopédie du Canada : édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.396.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...