Assermentation du premier cabinet du gouvernement du Parti québécois

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

En tout, 24 ministres sont assermentés. Du nombre, on retrouve plusieurs têtes d’affiche du Parti québécois (PQ) qui en sont à leur première élection à l’Assemblée législative (Jacques Parizeau
, Claude Morin) et quelques rares qui ont siégé dans l’Opposition au cours du dernier mandat libéral (Jacques-Yvan Morin, Claude Charron
). La seule femme à accéder au cabinet est Lise Payette. Elle occupera le poste de ministre des Consommateurs, coopératives et Institutions financières. Le doyen du groupe, et seul membre du cabinet à posséder une expérience ministérielle, est évidemment le premier ministre René Lévesque
qui a occupé plusieurs ministères avec l’équipe libérale de Jean Lesage
au début des années 60. La moyenne d’âge du groupe (environ 42 ans) et les origines diversifiées de ses membres suscitent la curiosité des médias, même si, comme l’écrit l’éditorialiste du « Devoir », Claude Ryan
, le lendemain, Lévesque a confié les poste clés de son gouvernement à des éléments « modérés ». Le cabinet de René Lévesque est composé de Jacques-Yvan Morin (vice-premier ministre et ministre de l’Éducation), Robert Burns (ministre d’État à la réforme parlementaire), Claude Morin (ministre des Affaires intergouvernementales), Jacques Parizeau (ministre des Finances et ministre du Revenu), Camille Laurin (ministre d’État au développement culturel), Pierre Marois (ministre d’État au développement social) Bernard Landry (ministre d’État au développement économique), Jacques Léonard (ministre d’État à l’aménagement), Marc-André Bédard (ministre de la Justice), Lucien Lessard (ministre des Transports et ministre des Travaux publics et de l’Approvisionnement), Marcel Léger (ministre délégué à l’Environnement), Claude Charron (ministre délégué au Haut-commissariat à la Jeunesse, aux Loisirs et aux Sports), Guy Joron (ministre délégué à l’Énergie), Lise Payette (ministre des Consommateurs, Coopératives et Institutions financières), 
Jean Garon (ministre de l’Agriculture), 
Denis Lazure (ministre des Affaires sociales), Guy Tardif (ministre des Affaires municipales), Jacques Couture (ministre du Travail et de la Main-d’Oeuvre et ministre de l’Immigration), 
Louis O’Neill (ministre des Affaires culturelles et ministre des Communications), Yves Bérubé, (ministre des Richesses naturelles et ministre des Terres et Forêts), Rodrigue Tremblay (ministre de l’Industrie et du Commerce), Yves Duhaime (ministre du Tourisme, de la Chasse et de la Pêche) et Denis de Belleval (ministre de la Fonction publique). 
En tout, 24 ministres sont assermentés. Du nombre, on retrouve plusieurs têtes d’affiche du Parti québécois (PQ) qui en sont à leur première élection à l’Assemblée législative (Jacques Parizeau
, Claude Morin) et quelques rares qui ont siégé dans l’Opposition au cours du dernier mandat libéral (Jacques-Yvan Morin, Claude Charron
). La seule femme à accéder au cabinet est Lise Payette. Elle occupera le poste de ministre des Consommateurs, coopératives et Institutions financières. Le doyen du groupe, et seul membre du cabinet à posséder une expérience ministérielle, est évidemment le premier ministre René Lévesque
qui a occupé plusieurs ministères avec l’équipe libérale de Jean Lesage
au début des années 60. La moyenne d’âge du groupe (environ 42 ans) et les origines diversifiées de ses membres suscitent la curiosité des médias, même si, comme l’écrit l’éditorialiste du « Devoir », Claude Ryan
, le lendemain, Lévesque a confié les poste clés de son gouvernement à des éléments « modérés ». Le cabinet de René Lévesque est composé de Jacques-Yvan Morin (vice-premier ministre et ministre de l’Éducation), Robert Burns (ministre d’État à la réforme parlementaire), Claude Morin (ministre des Affaires intergouvernementales), Jacques Parizeau (ministre des Finances et ministre du Revenu), Camille Laurin (ministre d’État au développement culturel), Pierre Marois (ministre d’État au développement social) Bernard Landry (ministre d’État au développement économique), Jacques Léonard (ministre d’État à l’aménagement), Marc-André Bédard (ministre de la Justice), Lucien Lessard (ministre des Transports et ministre des Travaux publics et de l’Approvisionnement), Marcel Léger (ministre délégué à l’Environnement), Claude Charron (ministre délégué au Haut-commissariat à la Jeunesse, aux Loisirs et aux Sports), Guy Joron (ministre délégué à l’Énergie), Lise Payette (ministre des Consommateurs, Coopératives et Institutions financières), 
Jean Garon (ministre de l’Agriculture), 
Denis Lazure (ministre des Affaires sociales), Guy Tardif (ministre des Affaires municipales), Jacques Couture (ministre du Travail et de la Main-d’Oeuvre et ministre de l’Immigration), 
Louis O’Neill (ministre des Affaires culturelles et ministre des Communications), Yves Bérubé, (ministre des Richesses naturelles et ministre des Terres et Forêts), Rodrigue Tremblay (ministre de l’Industrie et du Commerce), Yves Duhaime (ministre du Tourisme, de la Chasse et de la Pêche) et Denis de Belleval (ministre de la Fonction publique). 
Source : Le Devoir, 27 novembre 1976, p. et 4. Bibliothèque de la Législature, Répertoire des parlementaires québécois, 1867-1978, Québec, 1980, 797 pages.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...