Attribution de deux prix au Festival de Cannes au film « Les invasions barbares »

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

L’autre prix, celui de la meilleure interprète féminine, est décerné à Marie-Josée Croze. Cette annonce constitue une surprise pour plusieurs, dont Croze elle-même qui se trouve à Montréal au moment de la remise. « C’est la stupéfaction, je suis en état de choc en ce moment. Je ne peux pas vous dire autre chose », commente la lauréate en direct à la télévision, alors qu’elle apprend la nouvelle de sa sélection. « Les invasions barbares » réunit la plupart des personnages du « Déclin de l’empire américain », un autre film de Denys Arcand qui avait connu beaucoup de succès au milieu des années 80. Ce film gravite autour du personnage de Rémy, un professeur gravement malade qui retrouve les gens qui ont marqué sa vie. Plus que le bilan d’une vie, « Les invasions barbares » se veut aussi un regard sur une génération -les « baby-boomers »- et sur la société qu’ils ont édifiée. En plus de Rémy Girard et de Marie-Josée Croze, ce film met en vedette Stéphane Rousseau, Dorothée Berryman, Louise Portal et Pierre Curzi. Le 14 septembre, « Les invasions barbares » recevra le prix du meilleur film canadien au 28e Festival international du film de Toronto. L’autre prix, celui de la meilleure interprète féminine, est décerné à Marie-Josée Croze. Cette annonce constitue une surprise pour plusieurs, dont Croze elle-même qui se trouve à Montréal au moment de la remise. « C’est la stupéfaction, je suis en état de choc en ce moment. Je ne peux pas vous dire autre chose », commente la lauréate en direct à la télévision, alors qu’elle apprend la nouvelle de sa sélection. « Les invasions barbares » réunit la plupart des personnages du « Déclin de l’empire américain », un autre film de Denys Arcand qui avait connu beaucoup de succès au milieu des années 80. Ce film gravite autour du personnage de Rémy, un professeur gravement malade qui retrouve les gens qui ont marqué sa vie. Plus que le bilan d’une vie, « Les invasions barbares » se veut aussi un regard sur une génération -les « baby-boomers »- et sur la société qu’ils ont édifiée. En plus de Rémy Girard et de Marie-Josée Croze, ce film met en vedette Stéphane Rousseau, Dorothée Berryman, Louise Portal et Pierre Curzi. Le 14 septembre, « Les invasions barbares » recevra le prix du meilleur film canadien au 28e Festival international du film de Toronto. Source : La Presse, 26 mai 2003, p.A1, C1, C3 et C5, 15 septembre 2003, p.A1-A2.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...