Attribution du prix Molson dans le domaine des arts et lettres

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Les deux récipiendaires recevront chacun une somme de 50 000 $. Jacques Lefebvre, vice-président du Conseil des Arts, parle de Miron et du « rôle essentiel qu’il a joué pendant plus de trente ans dans le renouveau poétique du Québec, dans le monde de l’édition et dans l’éveil d’une conscience nationale. » Miron est l’auteur de plusieurs recueils, dont « Deux sangs » (1953) et « L’homme rapaillé » (1970). Peut-être l’oeuvre la plus connue du poète, « L’homme rapaillé » vaudra à son auteur le prix de la revue « Études françaises » et celui de la Ville de Montréal. Les deux récipiendaires recevront chacun une somme de 50 000 $. Jacques Lefebvre, vice-président du Conseil des Arts, parle de Miron et du « rôle essentiel qu’il a joué pendant plus de trente ans dans le renouveau poétique du Québec, dans le monde de l’édition et dans l’éveil d’une conscience nationale. » Miron est l’auteur de plusieurs recueils, dont « Deux sangs » (1953) et « L’homme rapaillé » (1970). Peut-être l’oeuvre la plus connue du poète, « L’homme rapaillé » vaudra à son auteur le prix de la revue « Études françaises » et celui de la Ville de Montréal. Source : Le Devoir, 5 novembre 1985, p.1 et 12.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...