Attribution du prix Sakharov à Raif Badawi

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Raif Badawi anime le forum de discussion Free Saudi Liberals sur l’Internet. Les débats portent sur les questions politiques et religieuses. Des propos sur la liberté d’expression et sur certaines pratiques restrictives à celle-ci en Arabie saoudite attirent l’attention des autorités sur Badawi. Il est arrêté le 17 juin 2012 et interné dans une prison de la ville de Djeddah pour insultes contre l’Islam. Il est condamné en juillet 2013 à 600 coups de fouet et 7 ans de prison, peine qui, portée en appel, est aggravée le 7 mai 2014, soit 1000 coups de fouet et 10 ans d’emprisonnement. Le cas Badawi devient une cause célèbre à travers le monde, particulièrement au Canada où son épouse et ses trois enfants, victimes de menaces, se sont réfugiés. Une première séance de flagellation de 50 coups devant la mosquée Djuffali, le 9 janvier 2015, entraîne un accroissement des pressions internationales. Des manifestations se déroulent à Sherbrooke, où l’épouse de Badawi est établie. Des pétitions sont également signées et adressées à des hommes politiques comme le premier ministre canadien Stephen Harper. Les séances subséquentes de flagellation son temporairement suspendues, d’abord pour des raisons de santé, mais le blogueur demeure en prison. De plus, la Cour suprême saoudienne confirme le verdict du 7 mai 2015. Déjà récipiendaire de plusieurs prix, Raif Badawi est honoré une nouvelle fois le 29 octobre 2015. Cette fois, il reçoit le prix Sakharov, du nom d’un célèbre physicien et défenseur des droits humains, qui avait obtenu le prix Nobel de la Paix en 1975. Décerné par le Parlement européen, le Sakharov souligne l’engagement de « personnes qui ont apporté une contribution exceptionnelle à la lutte pour les droits de l’homme dans le monde ». Le président du Parlement, l’Allemand Martin Schulz, demande également au roi d’Arabie saoudite de libérer immédiatement Badawi dont le prix sera remis à Strasbourg en décembre. Dans les jours qui suivent, rien ne se précise toutefois pour le blogueur que certains pressentent même comme un candidat au prix Nobel de la Paix.Raif Badawi anime le forum de discussion Free Saudi Liberals sur l’Internet. Les débats portent sur les questions politiques et religieuses. Des propos sur la liberté d’expression et sur certaines pratiques restrictives à celle-ci en Arabie saoudite attirent l’attention des autorités sur Badawi. Il est arrêté le 17 juin 2012 et interné dans une prison de la ville de Djeddah pour insultes contre l’Islam. Il est condamné en juillet 2013 à 600 coups de fouet et 7 ans de prison, peine qui, portée en appel, est aggravée le 7 mai 2014, soit 1000 coups de fouet et 10 ans d’emprisonnement. Le cas Badawi devient une cause célèbre à travers le monde, particulièrement au Canada où son épouse et ses trois enfants, victimes de menaces, se sont réfugiés. Une première séance de flagellation de 50 coups devant la mosquée Djuffali, le 9 janvier 2015, entraîne un accroissement des pressions internationales. Des manifestations se déroulent à Sherbrooke, où l’épouse de Badawi est établie. Des pétitions sont également signées et adressées à des hommes politiques comme le premier ministre canadien Stephen Harper. Les séances subséquentes de flagellation son temporairement suspendues, d’abord pour des raisons de santé, mais le blogueur demeure en prison. De plus, la Cour suprême saoudienne confirme le verdict du 7 mai 2015. Déjà récipiendaire de plusieurs prix, Raif Badawi est honoré une nouvelle fois le 29 octobre 2015. Cette fois, il reçoit le prix Sakharov, du nom d’un célèbre physicien et défenseur des droits humains, qui avait obtenu le prix Nobel de la Paix en 1975. Décerné par le Parlement européen, le Sakharov souligne l’engagement de « personnes qui ont apporté une contribution exceptionnelle à la lutte pour les droits de l’homme dans le monde ». Le président du Parlement, l’Allemand Martin Schulz, demande également au roi d’Arabie saoudite de libérer immédiatement Badawi dont le prix sera remis à Strasbourg en décembre. Dans les jours qui suivent, rien ne se précise toutefois pour le blogueur que certains pressentent même comme un candidat au prix Nobel de la Paix. Source : http://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/201510/29/01-4915127-raif-badawi-recoit-le-prix-sakharov.php  ;
https://www.hrw.org/fr/news/2015/10/30/arabie-saoudite-attribution-du-prix-sakharov-raif-badawi  ;
http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/442192/le-sort-de-raif-badawi-entre-les-mains-d-ottawa

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...