Au début du 20e siècle, on commence à savoir où nos oiseaux migrateurs vont passer l’hiver

, par Jean Provencher

Le quotidien montréalais La Patrie du 3 novembre 1906 en fait sa une. Où peuvent-ils bien aller, ces petits oiseaux, si frêles d’apparence, qui nous laissent à cette saison de l’année pour échapper aux froidures et aux tristesses de l’hiver ? C’est surtout aux premières journées moroses d’automne que l’on s’aperçoit du départ des oiseaux […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2016/11/0...