Avant que novembre ne cède sa place…

, par Jean Provencher

Un dernier mot sur ce mois, celui de ce cher Alphonse Lusignan encore une fois. La Gazette de Joliette du 12 novembre 1886 lui laisse tout l’espace voulu. Novembre s’ouvre par un glas. Aucun mois n’est plus désolé. Sa consécration au culte des morts et l’inénarrable tristesse de la nature en font l’époque la plus […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2014/11/3...