Avertissement de Jacques Parizeau au premier ministre Robert Bourassa en regard de l’entente du lac Meech

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Parizeau presse Bourassa de se retirer de la ronde de négociations constitutionnelles s’il n’a pas l’assurance que la clause de la société distincte aura préséance sur la Charte des droits et libertés. Selon Parizeau : « Ce qui importe à l’heure actuelle, c’est que le Québec évite tout recul possible, évite l’humiliation d’une ratification à tout prix en consentant, du fait de votre autorisation, à réduire davantage la portée d’un accord pourtant déjà beaucoup trop timide. Nous vous demandons bien sûr de ne pas engager le Québec dans des pourparlers en vue de la conclusion d’un accord parallèle. Bien plus, nous attendons que vous profitiez de la conférence fédérale-provinciale des Premiers ministres des 9 et 10 novembre pour obtenir de tous les Premiers ministres une explication claire et unanime du sens et de la portée de la clause dite de la société distincte. » Les déclarations du chef péquiste suivent de quelques jours celles du premier ministre de Terre-Neuve, Clyde Wells, qui souhaite voir sa province retirer son appui à l’accord du lac Meech.Parizeau presse Bourassa de se retirer de la ronde de négociations constitutionnelles s’il n’a pas l’assurance que la clause de la société distincte aura préséance sur la Charte des droits et libertés. Selon Parizeau : « Ce qui importe à l’heure actuelle, c’est que le Québec évite tout recul possible, évite l’humiliation d’une ratification à tout prix en consentant, du fait de votre autorisation, à réduire davantage la portée d’un accord pourtant déjà beaucoup trop timide. Nous vous demandons bien sûr de ne pas engager le Québec dans des pourparlers en vue de la conclusion d’un accord parallèle. Bien plus, nous attendons que vous profitiez de la conférence fédérale-provinciale des Premiers ministres des 9 et 10 novembre pour obtenir de tous les Premiers ministres une explication claire et unanime du sens et de la portée de la clause dite de la société distincte. » Les déclarations du chef péquiste suivent de quelques jours celles du premier ministre de Terre-Neuve, Clyde Wells, qui souhaite voir sa province retirer son appui à l’accord du lac Meech. Source : La Presse, 9 novembre 1989, p.B3.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...