BAnQ Vieux-Montréal se souvient : la famille Prévost des Laurentides

, par Instantanés

P268S12P1

Jules-Édouard Prévost (père) en compagnie de ses fils Paul-Émile et Henri-Michel, 1903. BAnQ Vieux-Montréal (P268,S12,P1). Photographe inconnu.
____________

La famille Prévost s’établit à Saint-Jérôme, dans les Basses-Laurentides, en 1849, lorsque le patriarche, le docteur Jules-Édouard Prévost décide d’y pratiquer sa profession.

Son fils, portant également le nom de Jules-Édouard Prévost, est le personnage central de cette famille. Quatorzième d’une famille de quinze enfants, il épouse, le 16 juillet 1912, Hermine Smith qui lui donnera neuf enfants. Il se fait d’abord connaître comme journaliste, puis directeur du journal hebdomadaire « L’Avenir du Nord » qu’il dirige pendant près de 40 ans. Parallèlement à ses fonctions au journal, il s’implique dans sa communauté sur le plan politique et devient député libéral du comté de Terrebonne à la Chambre des Communes (1917-1930), puis sénateur de la division des Mille-Isles (1930-1943).

Le fonds Famille Prévost (P268) est conservé par BAnQ-Vieux-Montréal. Acquis en deux lots, en 1990 et 2001, il contient des documents qui portent sur les relations sociales et politiques de cette famille de notables des Basses-Laurentides. Il donne, en outre, l’opportunité de jeter un regard sur les relations entre les hommes politiques, sur le développement économique de cette région, sur la vie culturelle du début du 20e siècle et sur les idéologies véhiculées.

La principale série de documents textuels nous permet de suivre les intérêts et interventions de Jules-Édouard Prévost, fils, à travers sa carrière de journaliste et d’homme politique. Sa correspondance relative à l’Affaire Dreyfus, avec des hommes politiques de l’époque, ses dossiers sur le journal « L’Avenir du Nord » et ses dossiers de presse sur la politique comptent parmi les plus intéressants documents. Les autres séries documentaires témoignent, grâce aux journaux intimes et à la correspondance, des relations personnelles entretenues par les différents membres de la famille Prévost.

Enfin, signalons qu’en raison de l’importante contribution de la famille Prévost à l’essor de cette région des Laurentides, ce patronyme a été retenu lors de la fondation, en 1927, du village de Prévost, situé le long de la rivière du Nord entre Saint-Jérôme et Saint-Sauveur.

Paul-André Leclerc, archiviste-coordonnateur – BAnQ Vieux-Montréal

Voir en ligne : http://blogues.banq.qc.ca/instantan...