Blocus de la base militaire de La Macaza par des manifestants

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Les manifestants bloquent l’entrée de la base, ce qui irrite les militaires qui se servent d’une deuxième entrée pour contourner les contestataires. Lorsque les manifestants apprennent l’existence de cette deuxième entrée, ils y dépêchent 23 personnes. Les gardes non-armés n’importuneront pas les manifestants jusqu’à 16 heures. Après le départ des journalistes, ces derniers seront cependant trainés deux fois en dehors de la route afin de laisser passer des véhicules militaires. Le leader du Nouveau Parti démocratique, Tommy Douglas, fera état en chambre de témoignages qui affirment que des soldats auraient brutalisé des manifestants. Le ministre associé à la Défense nationale, Lucien Cardin, réfutera ces allégations sur la foi d’un rapport de l’officier commandant de la base. Le leader néo-démocrate demandera une enquête indépendante. Finalement, le ministre de la défense, Paul Hellyer, justifiera le recours à la force en affirmant que les soldats n’en ont pas abusé. Il rejettera donc la demande d’une enqête indépendante formulée par le leader néo-démocrate. Les manifestants bloquent l’entrée de la base, ce qui irrite les militaires qui se servent d’une deuxième entrée pour contourner les contestataires. Lorsque les manifestants apprennent l’existence de cette deuxième entrée, ils y dépêchent 23 personnes. Les gardes non-armés n’importuneront pas les manifestants jusqu’à 16 heures. Après le départ des journalistes, ces derniers seront cependant trainés deux fois en dehors de la route afin de laisser passer des véhicules militaires. Le leader du Nouveau Parti démocratique, Tommy Douglas, fera état en chambre de témoignages qui affirment que des soldats auraient brutalisé des manifestants. Le ministre associé à la Défense nationale, Lucien Cardin, réfutera ces allégations sur la foi d’un rapport de l’officier commandant de la base. Le leader néo-démocrate demandera une enquête indépendante. Finalement, le ministre de la défense, Paul Hellyer, justifiera le recours à la force en affirmant que les soldats n’en ont pas abusé. Il rejettera donc la demande d’une enqête indépendante formulée par le leader néo-démocrate. Source : Le Devoir, 9 septembre 1964, p.1-8, 15 septembre 1964, p.3 et 2 octobre 1964, p.1-14.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...