C’est mêlant, même pour un coureur de bois

, par Jean Provencher

Quand vous allez à Trois-Rivières, arrivez-vous à vous retrouver ? Vous avez raison, la toponymie n’est pas diable. Le bi-hebdomadaire Le Trifluvien est bien d’accord. Le 1er décembre 1888, il demande qu’on porte vraiment attention aux noms de rue. L’on est à démolir une vieille masure sur la petite rue Célina. À propos, il est [...]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2013/12/1...