Carambolage monstre sur l’autoroute 10

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

L’autoroute restera fermée dans les deux directions pendant plusieurs heures afin de porter assistance aux blessés plus rapidement, de même que pour dégager la chaussée des véhicules accidentés. Ce tronçon de l’autoroute 10 n’est pas particulièrement réputé pour être dangereux. La route est droite et la chaussée complètement neuve. « Nous installons des panneaux clignotants lorsqu’il y a un effet de reprise, ce qui n’est pas le cas à l’endroit où est survenu l’accident de ce matin. On ne se retrouvait pas dans une vallée, mais plutôt dans un milieu agricole. Ce n’était pas non plus un phénomène particulier parce que du brouillard, on en a observé partout dans la région », précise Daniel Filion, directeur régional au ministère des Transports. Des enquêteurs de la Sûreté du Québec travaillent à trouver des éléments de preuve pour expliquer ce carambolage. Outre le soleil et le brouillard, la condition mécanique de certains véhicules, la vitesse et le fait que les automobilistes se suivaient de trop près, pourraient expliquer cet incident.L’autoroute restera fermée dans les deux directions pendant plusieurs heures afin de porter assistance aux blessés plus rapidement, de même que pour dégager la chaussée des véhicules accidentés. Ce tronçon de l’autoroute 10 n’est pas particulièrement réputé pour être dangereux. La route est droite et la chaussée complètement neuve. « Nous installons des panneaux clignotants lorsqu’il y a un effet de reprise, ce qui n’est pas le cas à l’endroit où est survenu l’accident de ce matin. On ne se retrouvait pas dans une vallée, mais plutôt dans un milieu agricole. Ce n’était pas non plus un phénomène particulier parce que du brouillard, on en a observé partout dans la région », précise Daniel Filion, directeur régional au ministère des Transports. Des enquêteurs de la Sûreté du Québec travaillent à trouver des éléments de preuve pour expliquer ce carambolage. Outre le soleil et le brouillard, la condition mécanique de certains véhicules, la vitesse et le fait que les automobilistes se suivaient de trop près, pourraient expliquer cet incident. Source : La Presse, 27 septembre 2002, p. A3

Le Devoir, 27 septembre 2002, p. A4

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...