Ce que nous savons de la coulée des érables et des sucres, il y a cent ans

, par Jean Provencher

Depuis quelques jours, le printemps s’efforce de détruire les derniers vestiges de l’hiver. Sous l’influence de la chaleur douce du soleil, dont la force s’accentue de jour en jour, la neige fond lentement. La sève qui s’est formée dans les racines des arbres monte à l’intérieur des tiges, se distribue dans les branches et les […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2015/04/1...