Certains hivers, sur les battures du fleuve, il arrive que des cabanes à pêche se décrochent et partent vers l’océan

, par Jean Provencher

En janvier 1908, par exemple. Le vent qui a soufflé, dans la nuit de samedi à dimanche, a fait partir les bordages vis-à-vis Batiscan, sur une longueur de plus de trois milles [plus de 4, 8 kilomètres]. Pas moins de 125 cabanes de pêche ont été emportées, ainsi que les coffres, agrès de pêche, et […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2018/01/1...