Colloque international Présence de Marius Barbeau | Appel de communications

, par Société québécoise d’ethnologie

Appel de communications

 marius_barbeau

 

Présence de Marius Barbeau

L’invention du terrain en Amérique française

Autour d’un legs centenaire

(1914-2014)

 

 

Colloque international organisé par la Société québécoise d’ethnologie, la Société d’histoire de Charlevoix et le Centre de recherche sur l’histoire et le patrimoine de Charlevoix

du 2 au 5 octobre 2014

au Domaine Forget

Saint-Irénée, Charlevoix, Qc

N.B. Les propositions doivent parvenir par courriel à l’attention des organisateurs avant le 31 mars 2014.

 

Présentation

En 1914, l’anthropologue Marius Barbeau (1883-1969), jusqu’alors voué à l’étude des autochtones de l’est du Canada, commence à s’intéresser aux traditions orales des populations françaises du Québec et du Canada. La région de Charlevoix constitue un des premiers lieux d’enquête sur le terrain du chercheur. Ce tournant devait s’avérer marquant pour l’institution des études en ethnologie du Canada français. Aussi, le colloque, qui se tiendra au Domaine Forget de Saint-Irénée, au cœur même de la région de Charlevoix, est-il l’occasion de souligner ce centenaire et de mesurer le chemin parcouru par ce pionnier. L’impact qu’il eut sur l’évolution de ce champ de recherche, notamment sur les régions privilégiées et sa reconnaissance en milieu universitaire, est aussi à l’ordre du jour.

Problématique

Chez Marius Barbeau, l’enquête orale représente un exercice indispensable. Ses recherches impliquent au préalable un séjour sur le terrain afin de se documenter auprès d’informateurs. Mais le chercheur ne se laissait pas aller à une démarche d’enquête hasardeuse. Avant même de s’y retrouver, il avait réfléchi sur les régions qu’il visitait, il connaissait leur histoire, leurs traditions, et il voulait enrichir un champ presque neuf de connaissances, alors appelées folkloriques. C’est ainsi qu’il a pu documenter des pans importants de la tradition orale des Français d’Amérique, et ses découvertes, notamment dans le domaine de la chanson et du conte dont il est un pionnier incontestable, tiennent d’une démarche véritablement scientifique qui suscite encore aujourd’hui l’admiration par son étendue et sa profondeur. L’héritage patrimonial qu’a constitué et diffusé Marius Barbeau durant plus d’un demi-siècle est-il maintenant d’un autre âge ? En quoi sa méthode de recherche a-t-elle renouvelé les connaissances en patrimoine, tant dans le domaine de l’oralité que dans les autres composantes de la tradition ? Sa quête de traditions orales auprès des Français d’Amérique a-t-elle eu des suites durables ? Qui sont ses héritiers et que reste-t-il de son héritage ? Le cadre régional qu’il a utilisé est-il encore pertinent ? La tradition orale française suscite-t-elle encore l’intérêt des chercheurs de nos jours ?

Autant de questions auxquelles ce colloque souhaite répondre et qui déterminent les principaux axes retenus.

• Marius Barbeau, le chercheur, sa méthode et ses découvertes. 

Quel était l’état des connaissances en amont de Marius Barbeau ? Comment mesurer sa contribution dans les genres de la littérature orale qu’il a privilégiés (contes et légendes, rimes et chansons), et dans les autres domaines qu’il a touchés ? Que lui a apporté le terrain, et particulièrement l’enquête orale directe, comme source de savoir ? Que valent aujourd’hui ses travaux ?

Qui sont les héritiers de Marius Barbeau ?

Qui sont ceux qu’il a lui-même mobilisés et ceux qui s’en réclament ? Quel impact ses collectes et ses études ont-elles eu sur la diffusion du patrimoine oral et sur la recherche actuelle en ethnologie ? Que reste-t-il maintenant du travail de terrain accompli par ce précurseur, notamment dans le domaine de la chanson et du conte ?

Depuis Marius Barbeau, quelle est la pertinence de la région comme lieu d’enquête en tradition orale des Français d’Amérique ? 

Au Québec (Beauce, Saguenay, Bas-Saint-Laurent et le cas de la région de Charlevoix qui sera exploré plus spécifiquement), au Canada (Acadie, Nord de l’Ontario, Ouest canadien) et aux États-Unis (Louisiane notamment).

Modalités

Nous invitons les intéressés, tant les chercheurs universitaires que les chercheurs autonomes, à nous soumettre des projets de communications autour de ces questions ou en lien avec le thème général de cette rencontre. Le colloque est ouvert tant aux chercheurs qu’au grand public manifestant ainsi la grande portée de l’œuvre de Marius Barbeau et ses répercussions jusqu’à nos jours.

Prière de soumettre un résumé (100-150 mots) de votre projet avant le 31 mars 2014

par courriel à l’attention de 

Jean-Pierre Pichette (jeanpierre.pichette@usainteanne.ca)

ou de Serge Gauthier (shdc@sympatico.ca).

 

L’événement se déroulera à Saint-Irénée en Charlevoix, un des terrains inaugurés par Marius Barbeau. Il coïncide avec le trentième anniversaire de fondation de la Société d’histoire de Charlevoix à la veille du quarantième anniversaire de la Société québécoise d’ethnologie.

Le colloque comprendra une soirée d’ouverture avec conférence inaugurale, une exposition photographique sur les enquêtes folkloriques de Marius Barbeau dans Charlevoix, deux journées de communications par des chercheurs renommés, une présentation de chansons folkloriques et de contes traditionnels, un banquet de clôture et une visite guidée sur les lieux même des enquêtes de Marius Barbeau dans l’arrière-pays charlevoisien.

Comité scientifique et organisateurmarius-barbeau

Serge Gauthier

Centre de recherche sur l’histoire et le patrimoine de Charlevoix

Jean-Pierre Pichette

Université Sainte-Anne et Société québécoise d’ethnologie

Jean Simard

Société québécoise d’ethnologie

Bertrand Bergeron

Rabaska, revue d’ethnologie de l’Amérique française

Christian Harvey

Société d’histoire de Charlevoix


Télécharger l’Appel de communication en PDF

SQE &SHC

Voir en ligne : http://ethnologiequebec.org/2014/03...