Conquête de la coupe Grey par les Alouettes de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Une semaine plus tôt, les hommes de l’entraîneur Marv Levy avaient disposé des Rough Riders d’Ottawa en finale de l’Est par le pointage de 14 à 4. Lors de la joute ultime, qui se déroule à Vancouver, la défensive montréalaise livre une performance impeccable. Après un premier touché des Eskimos, les Alouettes marquent 20 points sans réplique et enlèvent une victoire relativement facile par le compte de 20 à 7. Nommé le meilleur joueur canadien de la partie, le botteur Don Sweet a réalisé un record pour une finale de la coupe Grey en obtenant 12 points sur quatre placements. Le joueur de ligne Junior Ah You (meilleur joueur défensif de la partie)et le quart Sonny Wade (meilleur joueur offensif) brillent également. Louant le travail de ses coéquipiers, le demi défensif Tony Proudfoot rend aussi un hommage bien senti au personnel d’entraîneurs pour ce triomphe : « Nous nous attendions à toutes les manoeuvres offensives des Eskimos. Ils ne nous ont jamais surpris (...) Non, les Alouettes ne possèdent pas les meilleurs individus : mais Rod Rust (le coordonnateur de la défensive) a fait de nous la meilleure défensive au pays. » Une semaine plus tôt, les hommes de l’entraîneur Marv Levy avaient disposé des Rough Riders d’Ottawa en finale de l’Est par le pointage de 14 à 4. Lors de la joute ultime, qui se déroule à Vancouver, la défensive montréalaise livre une performance impeccable. Après un premier touché des Eskimos, les Alouettes marquent 20 points sans réplique et enlèvent une victoire relativement facile par le compte de 20 à 7. Nommé le meilleur joueur canadien de la partie, le botteur Don Sweet a réalisé un record pour une finale de la coupe Grey en obtenant 12 points sur quatre placements. Le joueur de ligne Junior Ah You (meilleur joueur défensif de la partie)et le quart Sonny Wade (meilleur joueur offensif) brillent également. Louant le travail de ses coéquipiers, le demi défensif Tony Proudfoot rend aussi un hommage bien senti au personnel d’entraîneurs pour ce triomphe : « Nous nous attendions à toutes les manoeuvres offensives des Eskimos. Ils ne nous ont jamais surpris (...) Non, les Alouettes ne possèdent pas les meilleurs individus : mais Rod Rust (le coordonnateur de la défensive) a fait de nous la meilleure défensive au pays. » Source : La Presse, 18 novembre 1974, p.C1, 25 novembre 1974, p.B1-B2.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...